Guenther Steiner : la défense de Mazepin « n’est pas une mauvaise action »

Guenther Steiner a soutenu Nikita Mazepin dans sa dernière querelle avec Mick Schumacher, affirmant que sa décision sur l’Allemand n’était pas « méchante ».

Après leurs pitreries de qualification au cours desquelles Mazepin a estimé que Schumacher avait été «effronté» en le dépassant alors qu’ils faisaient la queue, le pilote russe a clairement indiqué qu’il ne «tolérerait» pas ce genre de comportement.

Il a déclaré à F1-Insider : « Je n’aime pas les gens qui sont effrontés et qui montrent leur vraie nature dans la bataille pour la 19e place. Tant que je piloterai en Formule 1, je ne tolérerai pas cela.

Un jour plus tard, les rôles ont été inversés et Schumacher est parti en colère contre les actions de son coéquipier.

En course pour la position au départ du Grand Prix des Pays-Bas, Mazepin a traversé la piste pour couper Schumacher, l’Allemand devant donc se ravitailler pour un nouvel aileron avant.

« Si j’avais déjà mon nez avant là-bas, je pense qu’il est un peu tard pour ensuite faire un écart et me pousser essentiellement dans la voie des stands », a déclaré l’Allemand en colère.

Schumacher dit qu’il s’attend à ce que des « conséquences » suivent. Steiner, cependant, estime que les deux pilotes partagent une partie du blâme.

Lorsqu’on lui a demandé si, comme Schumacher, il pensait que le mouvement était dangereux, Steiner a déclaré à Motorsport.com : « Je pense que vous pouvez toujours dire que c’est dangereux.

« Vous pouvez éviter le danger. Je ne pense pas que ce soit une mauvaise décision, pour être honnête. J’ai regardé ce scénario et il en faut toujours deux pour danser le tango.

Découvrez la collection Haas via la boutique officielle de Formule 1

Après un week-end éprouvant pour le duo Haas, Steiner est maintenant confronté au défi de calmer ses pilotes avant qu’ils ne se dirigent vers le circuit à grande vitesse de Monza.

En déclarant que «pas un [person] à blâmer » pour la rupture de la relation, Steiner a ajouté : « Nous devons y travailler, pour être constructifs.

« Nous avons eu une réunion après notre débriefing technique à ce sujet. Nous ne sommes pas parvenus à une conclusion.

« Le plan est de se rencontrer avant Monza et de voir ce que nous devons faire pour éviter cela à l’avenir, car cela n’aide personne. J’ai essayé d’expliquer celui-là.

« Nous allons y travailler. Et nous y travaillerons jusqu’à ce que nous le réglions.

Schumacher, cependant, craint qu’il y ait peu de signes que les coéquipiers puissent parvenir à une résolution.

« Je ne pense pas, pour être honnête », a-t-il déclaré lorsqu’on lui a demandé s’il pouvait « parler de la situation » avec Mazepin.

«On dirait qu’il a cette chose dans la tête où il veut, à tout prix, être devant moi.

« C’est bon, je n’ai rien contre. Mais je pense que si nous allons au point où nous défendons de manière très agressive, contre un coéquipier où vous n’avez rien à gagner, je pense que ce n’est peut-être pas la bonne approche.

Share