Gymnastique | Jeux Olympiques : Biles est trahi par son pouvoir mais impose sa loi

Mis à jour 25/07/2021 – 13:52

Simone Biles s’est procuré un programme à Tokyo sans répit. Avec leurs résultats dans la ronde de qualification du concours par équipe être présent à toutes les finales de gymnastique artistique : les finales par équipes, le concours général et les finales aux quatre engins. Aucun autre concurrent ne couvre autant.

L’Américain n’a pas fait de concours à son meilleur niveau, Mais la difficulté qu’il rencontre dans ses exercices et le respect que les juges lui portent est si grand que tout échec, qu’il a eu, ou manque est compensé. Elle a totalisé le score le plus élevé au monde des quatre appareils (57 731), devant la Brésilienne Rebecca Andrade (57 399), la deuxième Américaine Sunisa Lee (57 166) et la Russe Angelina Melinkova (57 132).

Il n’est pas habituel de voir Biles perdre le contrôle, être à la merci des forces centrifuges qu’il génère avec ses mortels en mouvement, mais c’est ce qui s’est produit à plusieurs reprises.

Mener le saut (15 183) sans utiliser l’arsenal atomique représenté par son « Yurchenko » avec double flip carpé, et malgré l’atterrissage du tapis lors de son premier saut, un « Cheng ».

Ce n’était pas le seul moyen de sortir des limites qu’il a subi en raison de l’énorme puissance qu’il apporte à ses cascades. Au sol, il a rebondi d’un mètre sur la tapisserie sur sa troisième diagonale, et malgré la déduction qu’il porte, ils lui ont attribué une note de 14 133, la deuxième meilleure note après celle de l’italienne Vanessa Ferrari.

C’est aussi arrivé à la sortie du balancier, où il a dû faire trois grands pas en arrière pour stopper l’inertie de son double saut périlleux avec pirouette (14 066). Ici et dans l’asymétrique (14 566) ses exercices sont loin d’être les meilleurs, mais Biles sera un concurrent avec lequel il faudra compter au bar si elle parvient à contrôler ce pouvoir qui la distingue de tous ses rivaux.

Le point et le pic qui restaient aux tirs au but ont été manqués par son équipe. Les États-Unis ont terminé deuxième de la journée (170 562) après la Russie (171 629), qui a au contraire fait une compétition hors du commun. et il alimente un concours dominé par les femmes américaines depuis plus d’une décennie.

la troisième.

CLASSIFICATION

Compétition par équipes féminines

Le tour de qualification

1. Russie, 171 629 ; 2. États-Unis, 170 562 ; 3. Chine, 166 863 ; 4. France, 164 561 ; 5. Belgique, 163 895 ; 6. Grande-Bretagne, 163 396 ; 7. Italie, 163 300 ; 8. Japon, 162 662 ; 9. Allemagne, 161 162 ; 10. Canada, 160 964; 11. Pays-Bas, 160 263 ; 12. Espagne, 157 128.

Share