Hamilton remporte sa 100e victoire et Sainz monte sur le podium en Russie

26/09/2021

Le à 15:49 CEST

Le GP de Russie a connu une issue totalement imprévisible avec l’apparition de la pluie dans les derniers tours. Après une course en grande partie sèche et avec Lando Norris (McLaren) en tête, l’Anglais a fait une erreur dans son pari de rester en piste avec des slicks alors que la tempête a fait rage et a gâché tout le travail. Lewis Hamilton, soutenu par une stratégie réussie de Mercedes, qui l’a fait s’arrêter à deux tours de l’arrivée, a été le vainqueur, devant un surprenant Max Verstappen, protagoniste d’un incroyable retour depuis la 20e position sur la grille, et Carlos Sainz, qui est monté sur le podium pour la troisième fois cette année avec Ferrari, après Monaco et la Hongrie. Hamilton, qui ajoute sa 100e victoire historique, reprend la tête de la Coupe du monde avec 246,5 points, deux de plus que Verstappen. Le championnat continue d’être « chaud »

Sainz, leader éphémère

Carlos Sainz, qui a vu samedi sa première pole avec Ferrari s’éclipser au dernier moment après un dernier tour extraordinaire de Lando Norris, a profité aujourd’hui du sillage de son ancien coéquipier pour le dépasser au départ et prendre la tête de la course . Le Madrilène a tenu la tête pendant 14 tours, jusqu’à ce que ses pneus en disent assez. Norris a continué sur la piste tandis que Sainz a été gêné par un arrêt lent.

Par derrière, la stratégie de Mercedes n’a pas fonctionné, qui avant la course a décidé de changer le moteur de Bottas et l’a envoyé en fond de grille (17e) pour gêner Max Verstappen (20e). Le leader du Championnat du Monde n’a pas mis trois tours pour se débarrasser du Finlandais avec un dépassement brutal au freinage du virage 13. A partir de là, le Néerlandais a conduit sa Red Bull comme un rouleau compresseur, battant des rivaux comme Gasly, Leclerc ou Vettel avec facilité étonnante. Après 20 tours, il était déjà sixième et Hamilton, qui courait troisième en l’absence de son arrêt, le remarquait déjà dans le rétroviseur.

Tout aussi menaçants que ‘Mad’ Max, les nuages ​​noirs approchaient du circuit de Sotchi. L’organisation avait relevé les prévisions de pluie pour la course à 70 % et les équipes se préparaient au dépaysement.

Le « marteau » de Hamilton

Norris a continué à aller de l’avant, bien que McLaren ait échoué dans l’arrêt au stand de Ricciardo et ait laissé l’Anglais sans « gardes du corps », au détriment d’un Hamilton qui a été éjecté, coupant six dixièmes par tour à son compatriote. Après leurs arrêts respectifs, la distance entre Lando et Lewis était déjà de 7 secondes, avec une demi-course d’avance et le septuple champion volant, au tour rapide, à 1,38.

Le pouls de la victoire était une affaire de deux, Norris et Hamilton, tandis que Sainz, Ricciardo et Pérez se sont battus avec un couteau pour le podium dans la dernière étape de la course. Alonso, qui a été l’un des derniers à passer par les stands, est revenu en piste derrière Verstappen, en septième position réelle, bien qu’avec des pneus neufs il ait pu dépasser le Néerlandais.

La pluie a fait son apparition et Sotchi a été témoin d’un dénouement à haute tension, Hamilton exerçant une pression indicible sur Norris et cherchant ce qui pourrait être sa 100e victoire, une barrière historique, en plus de reprendre l’avance de la Coupe du monde sur Verstappen. Norris a répondu par un « non » catégorique à la demande de McLaren de changer de pneus et a fini par payer cher sa décision. Alors que la pluie s’est intensifiée dans les deux derniers tours, l’Anglais a perdu le contrôle de sa voiture et est sorti de la piste, ce que Hamilton, qui l’a fait stopper pour mettre l’intermédiaire Pirelli, a remporté la victoire. Verstappen a réalisé ce qui semblait impossible et a terminé deuxième sur le podium. Carlos Sainz, troisième, a bouclé un week-end presque parfait. Et Alonso, sixième de la fin avec l’Alpine, a une nouvelle fois mis sa classe au record.

Share