Huit équipes sur 10 sont favorables à la démolition des souffleries

Le directeur technique de la Formule 1, Pat Symonds, a révélé que huit des dix équipes aimeraient supprimer les souffleries.

Il a longtemps été essentiel pour le succès d’une écurie de Formule 1 de passer des heures entières à tester l’aérodynamisme de sa voiture en soufflerie.

Mais ce temps est maintenant devenu plus précieux avec l’introduction d’une échelle mobile qui signifie qu’une équipe qui termine plus haut dans le championnat des constructeurs se voit accorder moins d’heures en soufflerie que celles qui terminent en dessous.

Mais selon Symonds, il n’y a que deux équipes sur la grille qui croient toujours que les souffleries ont une place en Formule 1.

Les huit autres soutiennent l’idée de les éliminer de la série d’ici 10 ans.

«La soufflerie a été un outil essentiel pour le développement de la Formule 1 depuis plus de 50 ans, comme c’est Brabham, en 1964, qui l’a utilisée pour la première fois», le cite Formulapassion comme ayant déclaré au magazine GP Racing.

«Mais c’est depuis les années 1980 que son utilisation est devenue cruciale, et depuis lors, la sophistication s’est énormément développée.

«Il pourrait donc être surprenant de savoir que huit des dix équipes actuellement engagées dans le championnat étaient en faveur de l’objectif futur d’éliminer l’utilisation des tunnels d’ici 10 ans.

Découvrez tous les derniers vêtements d’équipe 2021 via la boutique officielle de Formule 1

Symonds a expliqué que les coûts des souffleries, ainsi que le besoin régulier de modèles mis à jour, peuvent être blâmés pour tant d’équipes qui s’en prennent à eux.

Avec un plafond budgétaire maintenant en jeu, il a obligé chaque équipe de Formule 1 à examiner plus attentivement que jamais tous les domaines de dépenses.

«Construire un modèle à partir de zéro coûte près de six cent mille euros, tel est le niveau de l’instrumentation; les pneus se comportent exactement comme sur la piste et les charges sont contrôlées par des dispositifs capables de simuler les conditions suspensives comme sur la piste », a poursuivi Symonds.

«Les tunnels ont également augmenté en taille et en consommation d’énergie, et cela n’a évidemment pas été réalisé économiquement. La facture d’électricité d’un tunnel peut dépasser un million d’euros par an.

«Il y a deux domaines pour l’expliquer. Le premier est celui du budget: une équipe incapable de construire un tunnel peut le louer, mais cela coûte plus de cent mille euros par jour.

«Le second est celui du développement: il ne faudra pas longtemps avant que quelqu’un puisse construire une structure capable d’éclipser les précédentes, déclenchant une course malsaine à la mise à jour.

Suivez-nous sur Twitter @ Planet_F1, comme notre la page Facebook et rejoignez-nous sur Instagram!