Hunter Renfroe et Dwight Evans : Deux bois d’œuvre opportuns, deux bracelets de soins.

Si les Red Sox de Boston parviennent enfin à se qualifier pour les séries éliminatoires, une bonne partie du mérite devrait revenir à un joueur qui au début de la saison était à peine considéré comme le quatrième voltigeur de l’équipe, quelque chose qu’il était chargé de modifier par la puissance de son bras dans le champ extérieur et son opportunité de frapper à chaque fois qu’il a été appelé à participer à l’alignement, que le lanceur ouvert adverse soit ou non gaucher. Hunter Renfroe a été essentiel dans plusieurs victoires pour les jambes rouges, la dernière d’entre elles ce mercredi 8 septembre, lorsque la clôture de la huitième manche a déchargé un circuit de deux points pour mettre son équipe à gagner 2-1 contre un Tampa menaçant. Rayons avec une grande série de trois jeux. Et puis dans l’ouverture de la neuvième manche, il a coupé le ballon en assistant son coéquipier au centre du terrain et a décoché un tir puissant pour obtenir le frappeur-coureur qui cherchait à étendre le coup sûr au triple, ce qui a mis fin au match et scellé la victoire

Mentionner le nom de Dwight Evans dans le contexte des Red Sox de Boston inspire le respect et la révérence qui, dans de nombreux cas, s’étendent à toute la Ligue américaine et même à toutes les ligues majeures. Il y a ceux qui font référence au catch qu’Evans a fait lors du sixième match des World Series 1975, il y a aussi d’autres connaisseurs du jeu qui ont beaucoup d’autres images de situations où Evans a sauvé le lanceur et son équipe d’un rallye multi-course. contre ou même décidé un match avec un tir précis sur la mascotte du receveur depuis le terrain le plus à droite. En cette saison 2021, une alternative apparemment embauchée au champ central ou à droite, a rappelé les compétences d’Evans dans le champ droit et aussi avec la batte. Nous parlons du voltigeur Hunter Renfroe, qui a été signé comme joueur autonome après avoir joué la saison dernière avec les Rays de Tampa.

Renfroe est le fajador typique, le challenger invétéré des situations inattendues, il a toujours la meilleure attitude face aux circonstances. Il a été repêché comme receveur, puis muté en lanceur à cause de la puissance de ses bras, et est finalement devenu un voltigeur pour profiter de ses frappes régulières. Lorsqu’il a joué avec les Padres de San Diego, il a montré des signes de cette grande capacité d’analyse qui caractérise son jeu. Il utilise toute son expérience en tant que receveur et lanceur pour étudier et se faire une idée de ce que le lanceur peut comploter avec son récepteur et sur cette base, il se prépare à attendre un certain lancer. Plusieurs fois, il réussit, quand il ne le fait pas, il devient plus analytique, il étudie les mouvements du lanceur de manière beaucoup plus approfondie depuis l’abri, et au tour suivant, l’impact de la balle avec le bois se traduit par un bourdonnement de balle au sol ou une ligne entre deux dans les profondeurs du champ extérieur, et bien que sa moyenne ne montre pas la régularité de .300 frappeurs, elle enseigne l’opportunisme des points produits et des circuits.

Il est surprenant que les voltigeurs de droite avec des bracelets aussi puissants que Roberto Clemente et Dwight Evans ne figurent pas parmi les leaders des passes décisives dans leurs ligues respectives, cela a son explication accablante : la grande majorité des demis se sont abstenus de courir quand ils avaient le ballon, ils savaient qu’ils seraient presque certainement énervés s’ils essayaient de prendre la base supplémentaire. Clemente a rarement eu 20 passes décisives ou plus en une saison, et Evans a dépassé les 15 lors de la saison 1975, lorsque ce trio éclatant de voltigeurs a été établi aux côtés de Fred Lynn au milieu des prairies et de Jim Rice dans les bois. Lors de cette capture lors du sixième match de la Série mondiale de 1975, toujours dans une position inconfortable, Evans a lancé le ballon au premier but avec une déviation de dix pieds, ce qui a envoyé le joueur de premier but Carl Yastrzemski puis l’arrêt-court Rick Burleson a couru au premier but. recevoir le ballon de Yastrzemski pour compléter le double jeu, le demi offensif Ken Griffey Sr. s’était rendu entre le premier et le deuxième but.

Au début de juillet 2021, Renfroe avait récolté 11 passes décisives en tant que joueur de champ droit pour les Red Sox de Boston, ce qui le place dans un rythme très raisonnable pour laisser les 15 d’Evans derrière lors des saisons 1975, 1976 et 1979. Cela ne devrait pas surprendre les connaisseurs, car Renfroe était finaliste pour le prix du gant d’or de la Ligue nationale 2019 lorsqu’il a sauvé 19 points avec sa défense. À la mi-mai, il a réalisé l’un des tirs les plus impressionnants de la saison en assistant Alex Verdugo sur un jeu, il a attrapé le ballon et a deviné Matt Chapman au troisième but dans ce qui ressemblait à un 3 points incontesté. Betts il y a deux ans à Tampa. Le jeudi suivant, il a poursuivi sa conférence défensive lors de la victoire 8-1 contre Oakland en commençant un 9-6-2 depuis la clôture du champ droit avec un soulagement à la poitrine de l’arrêt-court Jonathan Ariza qui lui a permis de retirer Sean Murphy au assiette. .

En 1984, lors d’un match où les Red Sox de Boston ont visité les Oakland Athletics au Coliseum, Boston menait 2-0 à la fin de la neuvième manche. Après deux retraits, Carney Lansford a doublé pour pousser Donnie Hill. Puis Bruce Bochte a frappé le champ droit imparable, l’entraîneur du troisième but a envoyé Lansford au marbre Suicide! Evans a éliminé Lansford d’un tir magnifique. « Ça me fait mal à l’âme de perdre un match comme ça mais nous n’avions pas le choix », Jackie Moore a défendu sa décision d’envoyer Carney Lansford au marbre. « Bien sûr, nous étions au courant pour le bras d’Evans. Mais il devait parfaitement lancer. Totalement parfait ». Evans était ce type de joueur qui est passé pratiquement inaperçu, surtout au cours des premières années de sa carrière entre 1972 et 1979, puis il en a surpris plus d’un avec ses prises fantastiques et ses coups surprenants du champ gauche, aussi sa frappe n’était pas Rien de méprisable.

Le manager des Red Sox de Boston, Alex Cora, est conscient de la qualité défensive et de la discipline de Renfroe dans l’ajustement de sa mécanique et de son approche de la pratique des frappes. Il est toujours à l’affût de tous les détails du jeu lorsqu’il est sur l’herbe du champ droit ou lorsqu’il est en pirogue. Cora a toujours accepté d’amener Renfroe dans son équipe, c’est le type de joueur qui s’intègre parfaitement dans la perspective combinée d’intégrer les 25 joueurs de l’équipe au quotidien, c’est un joueur intégral capable de surprendre même ses plus proches avec des jeux inattendus. «Je sens que je peux jouer sur le bon terrain à Fenway Park. Les angles sont difficiles, vous avez ce petit mur le long du Pesky Pole et tout devient soudainement plus profond. Il y a beaucoup de chemin à parcourir et c’est plus difficile que les autres stades ».

Vers la fin de sa carrière, Evans a tellement amélioré ses performances offensives qu’il est devenu l’un des voltigeurs de droite les plus complets de son temps, au point d’occuper les positions de leader dans diverses catégories offensives pendant plusieurs saisons. La profondeur de cette transformation est devenue si marquée que les nombres de frappeurs d’Evans sont très proches de ceux de son coéquipier Jim Rice, et pourtant Evans n’est pas dans le Temple de la renommée même s’il était défensivement supérieur à Rice.

Le lundi 27 juin 2021, Renfroe a frappé deux circuits, dont un solo en sixième manche qui a marqué la série gagnante d’un match où les Red Sox ont battu les Royals de Kansas City 6-5. Le grand moment offensif du voltigeur a commencé le 1er mai lorsqu’il a atteint .307 avec 10 circuits, 32 points produits et un .910 OPS en 49 matchs.

« La défense est la partie de son jeu qui attire le plus mon attention. Tenez compte des détails. Il a ses propres idées », explique le manager Alex Cora. «Je connaissais sa puissance, sa force et son athlétisme. Mais c’est sa connaissance du jeu et la façon dont il l’aborde qui m’a impressionné.

La meilleure explication de la qualité défensive de Dwight Evans en tant que joueur de champ droit a peut-être été donnée par Don Zimmer, qui était le manager d’Evans à Boston à la fin des années 1970 : Don Zimmer a dit à Doug Hornig dans une interview pour son livre « The Boys of October » ; « À quel point Dwight Evans était-il bon en tant que joueur de champ droit ? Zimmer a répondu par une autre question : « Connaissez-vous la différence entre un double de règles et un dû à une interférence de supporters ? » Hornig a déclaré qu’un double de règles était la conséquence du rebond du ballon dans les gradins. Et qu’il y aurait des interférences si un fan touchait le ballon avant qu’il ne quitte le parc. « Bien, » dit Zimmer. « Si la balle entre dans les tribunes d’elle-même, le frappeur obtient deux buts. Qu’obtient-il si un partisan interfère? Hornig doutait « Un double ? » « Faux », a déclaré Zimmer. « L’arbitre en chef, selon son meilleur jugement, place les coureurs là où il pense qu’ils devraient être. Quand Boston jouait et qu’il y avait une interférence de fans sur une balle frappée vers la ligne de champ droite, vous savez ce qui s’est passé ? Hornig haussa les épaules. Zimmer croisa les mains. « Le frappeur a été envoyé au premier but. Point. Eh bien, le manager rival se plaignait toujours, criant comme un membre de gang. . « C’est un doublé ! C’est de l’interférence d’amateur ! Ça doit être un double ! » L’arbitre en chef souriait, pointait vers le champ droit et disait : « Ah, ah, pas avec ce type là-bas ! » Ce qu’il voulait dire, c’est qu’à moins que le ballon ne passe au-dessus de sa tête, Evans rendait toujours les choses faciles. Si vous essayiez de le prolonger, il vous mettrait à la deuxième base. »

Parce que Renfroe jouait en alternance avec d’autres joueurs dans le champ extérieur des Red Sox de Boston, une caractéristique du manager Alex Cora, comme il jouait également dans le champ central de temps en temps, il y avait des doutes quant à savoir s’il pouvait atteindre le 15 d’Evans. passes décisives en 1975. C’est pourquoi il était si surprenant qu’il ait accumulé 11 passes décisives en tant que joueur de champ droit jusqu’au début de juillet 2021, ce qui rappelle également à Evans car très peu de gens en 1972 pensaient qu’il pourrait devenir un excellent joueur de champ droit défensif et encore moins offensif. leader des Red Sox de Boston dans les années 1980, lorsqu’il augmenta la fréquence de ses coups sûrs et que ses coups de circuit se multiplièrent au niveau de la production des cogneurs de l’époque dont Jim Rice. Eh bien, Renfroe a non seulement égalé Evans, mais cette aide pour terminer le match de mercredi était sa 16e de la saison.

Alfonso L. Tusa C. 19 juillet 2021. ©

Share