« Il devait à Laporta une Ligue des champions et il l’a déjà »

David Rubio

13/06/2021 à 21:03 CEST

A l’adieu d’un projet gagnant, Le FC Barcelone a remporté sa dixième Ligue des champions ce dimanche à Cologne après avoir battu le danois Aalborg Handbold avec une grande suffisance 35-23.

Moins de six mois après la douloureuse défaite finale de la saison dernière face au THW Kiel, la même scène a vécu hier la fête totale d’un groupe barcelonais à qui le handball devait quelque chose. Et finalement ce compte impayé a été réglé.

Ce fut une victoire très spéciale pour tous poids lourds de la section qui disaient au revoir du club à la Lanxess Arena, mais c’était peut-être encore plus le cas pour Xavi Pascual qui est arrivé sur le banc en février 2009 et a dit au revoir avec son troisième titre continental sur les bords du Rhin.

« J’ai un sentiment de calme et de satisfaction avec moi-même pour le résultat après de nombreuses années de travail. Par-dessus tout, je suis très fier de la façon dont nous avons gagné. L’important est de rester serein avec soi-même et en ce moment je le suis, beaucoup. », a expliqué l’entraîneur barcelonais avec une grande sincérité.

« Il était clair que nous arrivons toujours au Final Four avec beaucoup d’envie et vous devez contrôler vos émotions, mais nous avons été très concentrés et très posé. Et nous y sommes parvenus ! », a poursuivi l’exportateur.

En ce sens, Pascual a admis que à un tel moment « il y a beaucoup d’émotions en jeu, parce que nous avons beaucoup de relations entre nous, une relation très étroite dans de nombreux cas qui va au-delà de la piste. De cette façon, nous fermons une étape de la meilleure façon possible. »

Xavi Pascual a dirigé son dernier match au Barça

| VCTOR SALGADO – FCB

« Nous avons su nous adapter à toutes les situations qui ont surgi, aux blessures… Toute l’équipe est devenue de plus en plus grande et s’est relevée à chaque fois qu’elle est tombée », a déclaré ‘Pasqui’ avec fierté.

Bien que l’arrivée de Joan Laporta à la présidence ait fini par entraîner son départ après plus de 12 ans comme entraîneur-chef, Xavi Pascual a fait une nouvelle démonstration de générosité et engagement envers les couleurs bleu et écarlate jusqu’à la dernière seconde.

« J’ai gagné trois Ligue des champions avec trois présidents. Quand je suis arrivé sur le banc, il y avait Laporta et nous ne l’avons pas eu, puis j’en ai gagné une avec Sandro (2011), puis une autre avec ‘Barto’ (2015) et maintenant avec Laporta. Je lui en devais une et il l’a déjà », a conclu le Catalan dans son dernier acte de service envers un club pour lequel il a été vidé dès le premier jour. Il va nous manquer… mais c’est maintenant l’heure d’Antonio Carlos Ortega.

Share