il est temps de se lever après la déception

24/06/2021 à 20h48 CEST

Brisée après avoir été éliminée de l’Eurobasket par la Serbie mercredi soir dans les prolongations en quarts de finale (71-64), l’équipe connaît une amère gueule de bois malgré le fait que les conclusions doivent forcément être positives puisque ce samedi à 15h00 il devra faire face à un match décisif pour son avenir immédiat contre la Russie de Maria Vadeeva.

Et c’est aussi à Valence, pour l’équipe dirigée par Lucas Mondelo la victoire est nécessaire pour décrocher le précieux ticket pour la coupe du monde, où ils choisiraient de se qualifier pour l’événement qui se tiendra en Australie du 22 septembre au 1er octobre 2022.

En ce sens, il faut se rappeler que L’Espagne a remporté le bronze en tant qu’hôte en 2018 lors de la dernière Coupe du monde dans ce qui était son troisième podium consécutif après la troisième place obtenue en 2010 en République tchèque et l’argent sterling qui a été accroché en Turquie en 2014 venant tenir tête aux intraitables Etats-Unis avec une performance colossale de Sancho Lyttle (64 -77) .

Beaucoup de problèmes

L’Espagne réalise une performance remarquable à l’Eurobasket malgré le fait qu’il n’était pas sorti des demi-finales depuis 10 ans puisqu’il a depuis remporté trois titres et une médaille de bronze. Soit sept victoires et une seule défaite lors des deux derniers tours des européennes.

Cependant, les circonstances n’étaient même pas les mêmes. Aux démissions bien connues de deux piliers comme Anna Cruz (avec beaucoup de polémique pour ses déclarations) et Laura Nicholls, puisque son icône Laia Palau a déjà 41 ans, la Victimes dues à deux positifs du Covid-19 par Tamara Abalde et une Alba Torrens qui était devenu l’une des références principales et indiscutables de l’équipe.

Laia Palau continue de faire la « guerre » à 41 ans

| .

Malgré cela et la défaite initiale inattendue contre la Biélorussie, l’équipe a réussi à se reconstruire avec trois victoires consécutives et s’est battue jusqu’au bout contre la Serbie. Dans ces cinq rencontres il est devenu clair qu’Astou Ndour est déjà un leader pour l’équipe nationale et, en fait, l’une des explications de la défaite était qu’ils ne l’ont pas « trouvée » après avoir marqué 12 points en première mi-temps.

De plus, les jeunes joueurs aiment Raquel Carrera, Laura Quevedo, María Conde ou Maite Cazorla Ils ont fait un grand pas en avant et… ils sont l’avenir de cette équipe.

Share