Inondations au Canada : les forces armées sont déployées alors que l’état d’urgence est annoncé | Monde | Nouvelles

Les Forces armées canadiennes sont déployées pour aider des milliers de résidents bloqués qui sont piégés depuis le début de la tempête dimanche. Le Premier ministre Justin Trudeau a promis son soutien lors d’une visite à Washington DC et a déclaré que les troupes aideraient à réparer les dommages causés par la tempête dévastatrice.

Selon certaines informations, une femme a été tuée dans un glissement de terrain et deux personnes sont actuellement portées disparues.

Mercredi, des hélicoptères ont largué des vivres aux communautés de montagne bloquées après que des glissements de terrain ont détruit des routes et que des inondations ont submergé les principales autoroutes.

Selon ., la ville de Tulameen compte environ 400 personnes piégées.

Près de 1 500 voyageurs se sont retrouvés bloqués dans la ville de Hope après la fermeture des routes, a déclaré mercredi à BBC News le pasteur de l’église Grace Baptist, Jeff Kuhn.

Lundi, le Groupe de travail lourd de recherche et de sauvetage en milieu urbain, une équipe hautement spécialisée formée pour secourir les personnes victimes d’effondrements majeurs, a été déployée sur l’autoroute 7 près d’Agassiz, à l’est de Vancouver.

Le directeur de l’équipe, David Boone, a déclaré à CBC News : « Notre compréhension est qu’il y avait six à dix personnes qui ont été piégées.

« Nous comprenons qu’il y avait des personnes dans des véhicules qui, par des moyens de communication, ont pu alerter les appelants du 911 qu’ils avaient besoin d’aide. »

Parlant des débris, il a déclaré : « De toute évidence, cela vient de la montagne au-dessus, mais dans l’obscurité, on ne sait pas à quelle hauteur la pente a été affectée. »

LIRE LA SUITE: Biden déchiré: les prix de l’énergie «montent en flèche» alors que le président est «silencieux»

Brent Ward, professeur au département des sciences de la terre de l’Université Simon Fraser, a déclaré qu’il pourrait s’agir de la pire inondation depuis 1983.

Il a déclaré à CBC News : « Il s’agit évidemment d’un événement extrême. J’ai discuté avec des étudiants diplômés… et nous pensons qu’il s’agit peut-être de la pire série de glissements de terrain et d’inondations depuis peut-être 1983. »

Share