Izagirre bat Bilbao au sprint et le nouveau leader de McNulty

08/04/2021 à 18:19 CEST

Ion Izagirre (Astana) a imposé le sprint à Pello Bilbao (Bahreïn) dans la quatrième étape du Pays Basque Itzulia, de 189,1 kilomètres, entre Vitoria et Hondarribia, après quoi l’américain Brandon McNulty (Emirats Arabes Unis) est le nouveau maillot jaune de la course.

Izagirre a remporté le sprint parmi les six coureurs qui se sont échappés après avoir rencontré à la descente du dernier col de la journée, le pic Erlaitz (1er), à 20 km de la ligne d’arrivée, et dans lequel le deuxième était Bilbao et le troisième était McNulty, lieutenant du Slovène Tadej Pogacar et nouveau leader.

Qu’est-ce qui cause une situation tactique en faveur des EAU de Joxean Fernández Matxín, qui a arraché la tête à Primoz Roglic et profite, avec deux étapes restantes, sur le Jumbo. Son grand rival.

Au volant du trio de tête, le Danois Jonas Vingegaard, deuxième tour du Jumbo Visma, l’Allemand Emanuel Buchmann (Bora) et le Colombien Jhoan Esteban Cháves (BikeExchange), qui a cédé deux secondes sur la ligne d’arrivée après un dernier attaque qui lui a presque donné la victoire.

Dans l’ensemble, McNulty mène avec 23 secondes d’avance sur Roglic, 28 sur Vingegaard, 36 sur Pello Bilbao et 43 sur le leader Pogacar. Alejandro Valverde (Movistar), dixième de l’étape, est huitième à 1,13 et Mikel Landa (Bahreïn) dixième à 1,23.

Le sprint au but du Gipuzkoan de Hondarribia était une réédition de la récente finale de la Copa del Rey du football Athletic-Real Sociedad, avec, cette fois également, une victoire minimale du Gipuzkoan et de l’esprit sportif dans la défaite du Biscayen, qui semblait d’abord le vainqueur. .

Ce n’était pas comme ça et Izagirre, le dernier vainqueur de la course en 2019, a donné la deuxième victoire dans cette Itzulia 2021 et jusqu’à présent cette saison à Astana. Le premier a été celui d’Alex Aranburu du Gipuzkoa mardi à Sestao.

L’issue de la course était plus qu’inattendue car l’évasion ne s’est pas produite lors de la montée vers le mur d’Erlaitz (3,8 km à 10,6%), mais dans la descente et dans les 20 km vers la ligne d’arrivée de Roglic.Leader avec une bonne avance et un grand favori pour la victoire finale, il semblait perdre le contrôle de la course.

Ce qui a semblé surprendre même son plus grand rival, Pogacar, sachant à peine quoi faire dans le groupe de quinze coureurs qui suivaient les fugitifs. Et parmi ceux qui le plus actif était Valverde, qui aspire à continuer à être un protagoniste.

Le premier moment important de l’étape a été l’ascension vers Erlatiz, un mur de 3,8 km à 10,6% et des rampes de 13%.

Le premier à déménager était un Astana, pour lequel c’était Richard Carapaz; plus tard Landa a essayé, suivi par Cháves et plus tard McNulty. Cháves est resté du trio, et McNulty et Landa ont été neutralisés à 350 mètres du sommet.

Tout semblait calme quand dans la descente l’étincelle qui a mis le feu à la course s’est allumée, arrachant la tête à Roglic et laissant les Emirats Arabes Unis de Pogacar à l’initiative des deux dernières étapes, la dernière avec la traditionnelle montée finale vers Arrate.

L’escapade de la journée avait des coureurs de niveau et, en principe, appelait à quelque chose de plus que de chercher des escapades. Cette fois, c’était le jeune Espagnol Juanpe López (Trek), l’Équatorien Jefferson Cepeda (Caja Rural), l’Australien Ben O’Connor (AG2R) et le Français Guillaume Martin (Cofidis).

Peut-être à cause de la vitesse à laquelle il est sorti, à plus de 49 km / h les deux premières heures, et grâce à l’aide du vent du sud qui était sur la scène, la fuite s’est formée tardivement, autour du km 100.

Les échappés n’ont pas dépassé 3 minutes et Martin et Cepeda ont déjà cédé à Jaikzbel, à 40 de la ligne d’arrivée. Juanpe et O’Connor ont continué devant, l’Australien restant dans la descente. Ils se sont de nouveau réunis, mais le peloton les a chassés à 26 km de l’arrivée.

L’étape de ce vendredi, la cinquième et l’avant-dernière, est celle avec le moins d’attentes d’impact au classement général. Un total de 160 km entre Hindarribia et Ondarroa avec seulement trois ascensions depuis la troisième et loin de la ligne d’arrivée: Mendexa (km 91), un mur de 1800 mètres avec des rampes jusqu’à 17%), Gontzagaraigana (km 115) et Urkaregi ( km.131).

L’arrivée est légèrement en descente après une petite pente à 1 500 mètres de la ligne d’arrivée, donc un sprint est prévisible.