Jeremy Hunt: Maintenant ou jamais pour réparer les services sociaux

T

e Royaume-Uni est confronté à un moment «maintenant ou jamais» pour réparer le système de protection sociale, a averti l’ancien secrétaire à la Santé Jeremy Hunt.

Il y a eu de la frustration face au manque de réformes du secteur, promis il y a près de deux ans par Boris Johnson lors de son élection à Downing Street

M. Hunt a déclaré au Times : « La définition d’une société civilisée est celle où vous vous occupez de vos citoyens plus âgés avec dignité et respect.

Si nous ne le réparons pas maintenant, nous ne le ferons jamais

« Et nous ne le faisons pas – la pandémie a exposé la fragilité du système de protection sociale.

LIRE LA SUITE

« Si nous ne le réparons pas maintenant, nous ne le ferons jamais. »

M. Hunt s’exprimait deux jours après avoir rejoint cinq autres anciens ministres de la Santé et des Affaires sociales pour soutenir les propositions de réforme du personnel des services sociaux en l’absence des plans tant attendus du gouvernement.

La Future Social Care Coalition (FSCC) a proposé un cadre de plan de protection sociale soutenu par 24 personnes et organisations, notamment des employeurs, des syndicats et des alliances de soins.

Il bénéficie du soutien multipartite de six anciens ministres, dont l’ancien secrétaire travailliste à la santé Andy Burnham, l’ancien ministre des Affaires sociales et communautaires des libéraux démocrates Sir Norman Lamb et Alistair Burt, ancien ministre des Affaires sociales et communautaires des conservateurs.

Les signataires demandent au gouvernement de mettre en œuvre un plan pour les personnes en matière de soins sociaux afin de refléter le plan pour les personnes du NHS, en tenant compte de leurs 12 recommandations.

Celles-ci incluent que le plan devrait recommander que la rémunération des travailleurs de soins et de soutien soit augmentée au niveau du salaire vital réel et que le gouvernement devrait consulter sur un registre national obligatoire des travailleurs.

Il devrait également inclure un engagement en faveur d’une main-d’œuvre nationale saine et sûre, garantie par une charte contraignante de bonnes pratiques, ont-ils déclaré.

Share