Jeux Olympiques 2021 : de l’ouverture des Jeux à la lutte contre le coronavirus

Moins de 24 heures avant le début des Jeux Olympiques. Quelque des centaines de personnes se promènent dans le stade. Mobile en main, ils capturent la visite avec une photo. Ils s’approchent de la porte d’entrée. Leurs regards rayonnent d’illusion. C’est le moment tant attendu. Ils font leurs premiers pas. Un couloir ouvre la voie. D’un côté, le tapis vert, théâtre de tant de rêves.

La marque n’a pas d’importance. La place à la ligne d’arrivée. Tout le monde se sent gagnant. Ils sortiront avec une médaille. Ne pas traîner autour du cou. Ne pas être visible, mais être avec eux. Ce n’est pas le Japon. Ce n’est pas le stade olympique de Tokyo. Ce ne sont pas Simone Biles, Allyson Felix, Novak Djokovic, Eliud Kipchoge ou Katie Ledecki. On parle de Manuel, Pedro, Marisa, Carmen, David… C’est la Métropolitaine Wanda.

Le destin et un vote un peu particulier l’ont privé de demain comme point de départ des XXXIIes Jeux Olympiques d’été. Qui allait nous dire quand ce 7 septembre 2013 s’est levé qu’au lieu d’être les hôtes olympiquesLe jour venu, le décor choisi pour accueillir la cérémonie d’ouverture serait le centre névralgique du plus grand événement planétaire de l’histoire : la vaccination contre le coronavirus.

La 125e Session du Comité International Olympique, tenue à Buenos Aires, a accueilli le choix décisif du lieu entre Tokyo, Istanbul et Madrid. La capitale de l’Espagne, à part une tasse de café au lait relaxante sur la Plaza Mayor, a désigné un favori. Il était resté aux portes des Jeux de 2016 et 2012. Le rêve s’est évanoui au premier changement.

Istanbul et Madrid ont reçu le même nombre de voix donc un bris d’égalité était nécessaire dans lequel la ville turque a prévalu par 49-45. Puis Tokyo a gagné par un écrasant : 60-36.

Au revoir aux Jeux. stade de la Peineta, en pleine phase de reconstruction pour devenir le siège de l’Atltico de Madrid, perdu le nom de famille olympique pour une future dénomination. La piste d’athlétisme a disparu des plans. Le projet est allé de l’avant. Le 16 septembre 2017, il a été inauguré.

Il y a cinq mois, il a vécu sa cérémonie d’investiture particulière. Le 25 février, il est devenu un centre de vaccination de masse contre le coronavirus. Ces fondations qui ont été posées en vue des Jeux de 2020 portent désormais les espoirs de tous ceux qui souhaitent mettre fin à cette pandémie.

Tous ceux qui ont réussi ou passeront jusqu’à ce que dans quelques semaines cela se termine par cette fonction, ils sont porteurs d’une médaille. Car dans ces Jeux, si l’important est d’y participer, comme l’affirme le Baron de Coubertain. Peut-être qu’ils ne sortent pas [o salgamos] plus rapide [citius] ni plus grand [altius], mais sans aucun doute, sois plus fort [fortius] pour lutter, solidaires et dans un esprit d’équipe, contre le coronavirus.

Au vu de ce qui a été vu (une pandémie mondiale, le report de certains Jeux, des stades à huis clos…) Qui sait si en 2036 nous avons marché sur le Wanda et écrit exactement le contraire de maintenant. Que des centaines de personnes marchent vers l’inauguration des Jeux sur le chemin qu’elles ont parcouru quelques années auparavant pour se faire vacciner contre un virus qui a changé le monde. Tout est possible. Qui allait nous le dire.

Share