JEUX PARALYMPIQUES | Le Japon prolonge l’urgence due au covid à une semaine des Jeux paralympiques

Les autorités japonaises ont décidé mardi de prolonger l’état d’urgence dû au COVID-19 jusqu’à la mi-août en vigueur à Tokyo et ses environs et l’étendre à d’autres régions, à une semaine du début des Jeux Paralympiques.

Les infections augmentent « à un rythme sans précédent (…) et la raison en est la variante delta »a déclaré le Premier ministre japonais, Yoshide sucre, lors d’une conférence de presse au cours de laquelle il a expliqué les raisons de la prolongation de l’alerte sanitaire.

Cette augmentation fait des ravages dans le disponibilité de l’hôpital et le nombre de personnes qui se rétablissent à la maison ou à l’hôtel augmente, avec le risque que leur santé se détériore avec une issue fatale, comme le rapportent les médias locaux depuis des jours.

« Même à ce rythme de propagation rapide, les gens devraient pouvoir recevoir des soins médicaux. … Nous devons sécuriser le système médical et nous devons nous dépêcher« Suga a expliqué la principale raison de la décision de prolonger l’état d’urgence.

TROIS PILIERS

Les autorités japonaises fondent leur stratégie sur trois piliers :

– Le premier est le renforcer le système de santé, qui dans les zones les plus touchées, comme Tokyo, est à la limite. Il y a très peu de lits gratuits pour les patients COVID compte tenu de la structure du pays, avec de nombreuses petites cliniques privées qui sont réticentes à les accepter, et une importante pénurie de personnel de santé.

Suga a demandé augmenter les diagnostics téléphoniques et les visites à domicile pour éviter les cas dramatiques. Le Premier ministre japonais a également plaidé en faveur de la utilisation d’un traitement par anticorps qui est déjà distribué aux hôpitaux de récupération et aux hôtels.

– En second lieu, Ils chercheront à réduire de 50 % les déplacements des personnes en promouvant le télétravail et en demandant collaboration des centres commerciaux et des grands magasins pour contrôler le nombre de visiteurs.

– Le troisième pilier est le vaccination. Environ 38 % de la population japonaise a reçu la directive complète, un pourcentage que Suga s’attend à être autour de la 50% en fin de mois et 80% en octobre.

Depuis le début de la campagne à la mi-février, ils ont été « capables de prévenir les symptômes graves et les décès sont tombés à un niveau extrêmement bas« , a déclaré Suga, qui a demandé aux Japonais de faire preuve de patience face au  » long combat contre le coronavirus « .

Il était prévu que l’état d’urgence, le quatrième déclaré au Japon, en juillet, et qui couvre actuellement Tokyo, les voisins Chiba, Saitama et Kanagawa, et Osaka (ouest) et Okinawa (sud-ouest), Il se terminera le 31 août.

Ils seront rejoints le 20 par les préfectures d’Ibaraki, Tochigi et Gunma, entourant l’aire métropolitaine de la capitale ; et ceux de Shizuoka (centre), Kyoto, Hyogo (ouest) et Fukuoka (sud-ouest), portant à 13 le nombre de provinces couvertes par l’alerte.

L’état d’urgence au Japon n’entraîne pas de confinement. Les mesures se concentrent sur la réduction des heures d’ouverture des restaurants, bars ou karaokés, à qui il est également demandé de ne pas servir de boissons alcoolisées pour éviter des réunions prolongées et insouciantes que les experts considèrent comme une facteur de risque.

Les mesures sont volontaires et varient selon les autorités locales, qui ont également demandé réduire les déplacements et les départs non essentiels d’une population de plus en plus fatiguée et moins conciliante en raison de la persistance de la pandémie.

En ce sens, Suga a demandé de limiter les rencontres sociales, de réduire les visites au supermarché ou de ne pas voyager, avant le augmentation des infections chez les personnes âgées de 20 à 50 ans, ce qui suppose que 80% du total et que dans de nombreux cas, ils n’ont pas encore eu accès au vaccin.

SA PIRE VAGUE DE COVID

La prolongation de l’urgence sanitaire intervient au milieu de la pire vague de COVID dans l’archipel depuis le début de la pandémie.

Bien que les chiffres au Japon ne soient pas aussi élevés que dans d’autres territoires, les infections augmentent rapidement pour atteindre des niveaux records en raison de la propagation de la variante delta et affectant la disponibilité des lits d’hôpitaux.

Le Japon a enregistré plus de 14 800 nouvelles infections à la veille et des chiffres similaires les jours précédents, après avoir passé pour la première fois un record de plus de 20.000 vendredi dernier.

Au cours de la semaine dernière seulement, plus de 110 000 des 1,15 million de cas enregistrés dans le pays ont été enregistrés.

La plupart des infections ont été enregistrées à Tokyo et les préfectures voisines de Chiba, Saitama et Kanagawa, où environ 30 % de la population et la plupart des Compétitions des Jeux Olympiques et Paralympiques.

L’annonce intervient également une semaine seulement avant le début de la jeux paralympiques, qui aura lieu entre 24 août et 5 septembre et qu’en principe ils n’auront de spectateurs dans aucune des compétitions car l’alerte sera en vigueur dans toutes les zones où se trouvent des sites sportifs. Suga n’a pas abordé ce point lors de sa comparution.

Share