Joachim Low commencera Kai Havertz contre Leroy Sane pour le match d’ouverture de l’Allemagne contre la France à l’Euro 2020

Selon un nouveau rapport de Bild, Joachim Low a pris la décision de lancer Kai Havertz de Chelsea au lieu de Leroy Sane du Bayern Munich pour le match d’ouverture de l’Euro 2020 contre la France à l’Allianz Arena. Il y avait un sentiment parmi le camp de Die Mannschaft que ce serait le cas sur la base des sélections d’équipe pour leurs matchs d’entraînement 11v11, mais Low a pratiquement confirmé le statut de départ de Havertz mardi en le plaçant dans l’équipe avec Thomas Muller et Serge Gnabry à ses côtés dans la mêlée de la session principale d’aujourd’hui.

Bien sûr, Havertz, avec Ilkay Gundogan, Timo Werner et Antonio Rudiger sont arrivés au camp allemand à Seefeld, en Autriche, plus tard que le reste de l’équipe en raison de leur implication dans la finale de la Ligue des champions à Porto, au Portugal. Sane a commencé le match nul 1-1 de l’Allemagne contre le Danemark et Havertz a débuté lors de la victoire amicale 7-1 contre la Lettonie.

Lors de la mêlée d’entraînement, la sélection de l’équipe principale de Low correspondait aux onze de départ qu’il avait alignés lors de la victoire amicale contre la Lettonie avec Havertz, Muller et Gnabry en tant que trois attaquants de premier plan, Gundogan, Toni Kroos en tant que milieux de terrain centraux, Joshua Kimmich et Robin Gosens en tant que les arrières gauche et droit, et Mats Hummels, Rudiger et Matthia Ginter comme arrières centraux juste devant Manuel Neuer.

Il est clair que Low veut adopter une approche plus défensive contre la France pour tenter de contrecarrer Kylian Mbappe, Antoine Griezmann et Karim Benzema. Opter pour une formation trop offensive contre les vainqueurs de la Coupe du monde 2018 pourrait être beaucoup trop risqué du point de vue de Low et avec Havertz commençant, avoir Sane pour sortir du banc n’est pas du tout une mauvaise option. Il peut injecter une étincelle rapide dans la procédure, surtout s’il n’y a toujours pas de but à ce moment-là ou si l’Allemagne a désespérément besoin d’un but.

Rudiger a souligné l’importance de partir du bon pied contre la France ; «Nous devons être prêts à gagner des situations individuelles. Pas toujours pour tout essayer cher, cher, joliment beau, mais aussi pour établir des normes – et tôt ! »

Share