in

John Wall : un problème de plus de 90 millions de dollars

Dans les récoltes de personne. C’est l’endroit où se trouve John Wall, un joueur qui est passé de l’un des meneurs de jeu les plus talentueux de la NBA, pour finir boiteux de blessures, honni par l’opinion publique et exilé aux Rockets, une équipe qui sollicite désormais le transfert de l’ancienne star de la compétition. Son salaire élevé, malgré le bon niveau affiché après des années en cale sèche, a fait rechercher une nouvelle destination pour un Mur auquel personne ne veut payer les plus de 90 millions qu’il doit récolter au cours des deux prochaines saisons. En réalité, C’est un salaire plus élevé pendant cette période que Kevin Durant, Russell Westbrook ou James Harden recevront. Et, dans toute la ligue, seul Stephen Curry le surpasse.

L’histoire de John Wall est la même que les autres, mais avec deux chapitres de retard. La star des chats sauvages du Kentucky, a été choisi en première position du repêchage de la NBA par les Wizards en 2010. Il semblait que c’était avec l’équipe de la capitale américaine avec laquelle il monterait vers un Olympe qui, blessures à travers, a été un peu loin. Rookie Challenge MVP, Wall ne pouvait pas être Rookie of the Year, mais il a forgé sa légende les années suivantes, au cours desquelles il a ajouté jusqu’à cinq All Stars et est devenu l’un des meilleurs meneurs de la compétition. L’un appelé à hériter dudit monopole après les retraites des meneurs de jeu historiques (Nash, Kidd…) et les années que d’autres comme Chris Paul ou Rajon Rondo ont accomplies.

Wall a mené les Wizards à cinq saisons consécutives au-dessus de 40 victoires, plafonné à 49, et a atteint les demi-finales de la Conférence Est à trois reprises. Cependant, C’était le sommet du projet et la défaite 4-3 contre les Celtics en 2017 ils se sont rapprochés le plus près d’un tour sur lequel ils n’ont pas marché depuis 1979, quand ils s’appelaient les Bullets et qu’ils ont atteint la finale un an seulement après avoir conquis le seul ring de l’histoire de la franchise. Une gloire perdue dans un marché moyen qui a misé sur un joueur qui avait tout pour réussir, mais qui se heurtait au pire du sport : les blessures.

Le 30 janvier 2018, quelques mois après avoir signé une prolongation de 170 millions de dollars sur quatre saisons, Wall a raté deux mois en raison d’une blessure au genou gauche. La saison est terminée mais le 29 décembre de la même année, déjà l’année suivante, le talon gauche a été blessé et il était hors jeu pendant tout le parcours. En convalescence, il s’est rompu le tendon d’Achille. Et tout cela, après avoir signé l’extension qui est aujourd’hui un problème dont les Rockets veulent se débarrasser. Wall est passé à 20,6 points et 6,9 passes décisives l’an dernier, à son retour, de bons chiffres qui n’obstruent pas le fait que, pour le moment, Il lui est difficile de trouver une place dans une équipe en herbe avec autant d’argent à collecter et sans rachat (à Houston, pour le moment, non envisagé). John Wall, le héros en disgrâce, ne trouve pas sa place.

Kate Middleton reprend ses fonctions royales alors que la duchesse rencontre les troupes impliquées dans le sauvetage afghan | Royale | Nouvelles

Raven annonce la tournée américaine “Metal City”