Jon Rahm mène le quintette espagnol avec Sergio García à l’US Open

Nouvelles connexes

Le golfeur biscayen Jon Rahm arriver à US Open, qui se déroule du jeudi au dimanche sur la route historique de Pied ailé, à la périphérie de New York, à la deuxième place du classement mondial et comme le mieux placé des Espagnols.

“Je l’ai joué il y a une semaine et demie et cela m’a semblé être une belle campagne”, a déclaré Jon Rahm, l’un des cinq Espagnols de cette 120e édition de l’US Open, avec le natif de Castellón. Sergio Garcia, le gran canario Rafa Cabrera Bello, le Guipuzcoan Adrian Otaegui et l’amateur barcelonais Eduard Rousaud.

“C’est un parcours très difficile et c’est très dur et très rapide. Je ne sais pas comment je vais le jouer”, a déclaré Rahm, qui jouera neuf trous lors des jours d’entraînement mardi et mercredi avant de planifier sa stratégie. pour son cinquième Open des États-Unis dans l’un des lieux les plus compliqués des grands.

Dans une année atypique pour le calendrier du golf professionnel en raison de la pandémie, Jon Rahm a réussi à remporter deux tournois sur le circuit américain (Tour de la PGA) et devient numéro un mondial à deux reprises, menant un duel constant avec l’actuel leader du classement mondial, l’Américain Dustin Johnson, qui pourrait être répété cette semaine.

Deuxième grand de l’année

L’US Open, qui se déroule normalement à la mi-juin, est le deuxième grand cette année après la Championnat PGA célébré en août avec la victoire de l’Américain Collin Morikawa, la suspension de Open britannique et le report de Maîtres d’Augusta mi-novembre.

“Si la météo continue à être bonne à New York ces jours-ci, le peloton restera dur et compliqué”, Sergio García, vainqueur du Masters 2017 et seul Espagnol à réitérer sa participation au Pied ailé après le tragique US Open 2006, dans lequel l’Australien a gagné avec +5 Geoff ogilvy dans une fin bizarre.

Sergio García, lors du British Open .

“Je me souviens de ce qui s’est passé avec Phil et surtout de la difficulté du terrain”, a déclaré Garcia à propos de la débâcle des Américains. Phil Mickelson et Jim Furyk et le scotch Colin Montgomerie, qui a remis l’US Open à Ogilvy sur le dernier trou.

“La difficulté ne changera pas et nous devons essayer de gérer au mieux les conditions de cette semaine”, a ajouté García, qui joue son vingt et unième US Open cette semaine, un tournoi qu’il n’a pas gagné, mais dans lequel il a terminé cinq fois parmi les dix premiers (2002, 2005, 2009, 2011 et 2016).

Reste de l’équipe

De son côté, Rafa Cabrera Bello n’a pas réussi à dépasser la partie médiane du tableau de classement et vise à améliorer ses résultats dès sa septième participation à un United States Open. Adrián Otaegui et le joueur amateur Eduard Rousaud font leurs débuts à l’US Open grâce à leurs positions respectives dans le Circuit européen et le classement mondial amateur, dans une année inhabituelle en raison de la suspension de la phase de qualification habituelle.

[Más información – Jon Rahm entra en la historia del golf: el ‘León’ de Barrika revive el sueño de Severiano Ballesteros]