Journée des champions à Cornellà

L’objectif est le cheval de bataille de cet Espanyol précoce, apprivoisé et stérilisé dans les trois jours précédents. Le but brouille la vue et son absence provoque la cécité, peu importe à quel point le football de l’équipe a été à la hauteur de ce retour en Première Division. Peu à discuter et beaucoup à travailler. Vicente Moreno le sait, qui envoie des alertes et fait monter la demande à un groupe constitué, a priori, ne pas souffrir pour atteindre l’objectif du cours.

La garde-robe est considérée comme acquise. Quoi de mieux pour se défendre que contre le champion actuel. Sans surprise, ils viennent également de balayer dans la catégorie argent. « Contre l’Atlético, nous devrons proposer notre meilleure version », a claqué le sélectionneur vendredi, avant de féliciter l’équipe matelas. Le message est envoyé. Il est maintenant temps de le traduire sur l’herbe.

Plus d’informations (Auto)

Titre de l’actualité (Auto)

Problème central

La maison de Vicente Moreno est construite par l’arrière, et les perroquets s’y lamentent. David López et Calero traînent l’inconfort, tandis que Sergi Gómez est sanctionné. Avec Cabrera en bonne santé et fixe, le capitaine doit forcer pour accompagner l’Uruguayen. Voilà ou donner l’alternative au jeune Álvaro García, joueur de la filiale et ancien joueur athlétique, dans la dynamique de l’équipe première. Melamed et Aleix Vidal se disputent le flanc gauche, toujours avec Javi Puado boitant dans le pubis. Bare, Darder et Embarba formeront le noyau. Moins de doutes en attaque, où De Tomás doit vaincre l’anxiété. Dimata fera le travail d’usure, même si la présence de Loren Morón auprès du Madrilène n’est pas à exclure.

Simeone promène son favoritisme, candidat absolu à être revalidé. L’Argentin doit supposer que tout ce qui ne soulève pas le titre sera un pas en arrière. C’est le moment de proposer, une facette aux antipodes du ‘cholismo’. Il s’est vu contre Villarreal, où prendre l’initiative du jeu ne s’est pas traduit dans le tableau de bord. De plus avec un gabarit signé avec Antoine Griezmann, le chouchou du coach. C’est justement l’appropriation des Français qui est le casse-tête. Mal de tête béni. Simeone reposera un Ángel Correa fatigué et tout indique que l’exulé fera ses débuts avec la rojiblanca. Luis Suárez sera votre guide.

Le reste du onze, peu de nouvelles. Felipe prendra la place de Giménez également épuisé et sera escorté par Savic, déjà récupéré, et Mario Hermoso, avec des sentiments mitigés sur ses fans. Cholo ne bouge pas du 5-3-2, même s’il commence à boiter. Et ses adversaires en prennent note.

Les files d’attente probables

Espanol: Diego Lopez; Óscar Gil, David López, Cabrera, Pedrosa; Melamed, Keidi Bare, Darder, Embarba; Raúl de Tomás et Dimata.

Athlète de Madrid: Oblak ; Trippier, Savic, Felipe, Hermoso, Carrasco ; Llorente, Koke, Lemar ; Griezmann et Luis Suarez.

Arbitre: Martínez Munuera (Valencien).

Campagne: Stade RCDE (14h).

Share