in

Karpin, un ‘intérimaire’ avec un super background

25/07/2021 à 08h00 CEST

Depuis que Valéri Karpin a raccroché ses bottes en 2005 après son deuxième passage à la Royal Society, établi comme le meilleur international russe de l’histoire de Primera (72 fois internationales malgré sa naissance en Estonie) jusqu’à a été nommé vendredi entraîneur russe au moins jusqu’au 31 décembre, plus de trois décennies se sont écoulées.

Et dans cette longue décennie et demie, l’ex-médium a fait le tour de nombreuses fois avec des épisodes controversés Le fruit d’un caractère qui, avec son excellente qualité, l’a fait triompher dans une carrière espagnole dans laquelle il est également passé par Valence et Celta.

En 2008, il devient PDG de Spartak, club dans lequel il avait joué entre 1990 et 1994. Cependant, le mauvais début de saison de Michael Laudrup précipite ses débuts sur le banc et en 2011 il démissionne de son poste d’entraîneur.

En novembre 2012 le limogeage d’Unai Emery lui a de nouveau fait prendre les rênes de l’équipe jusqu’en 2014. Après avoir dirigé Majorque, il s’est impliqué dans l’étrange projet du Torpedo Armavir (deuxième russe) et depuis 2017 il dirige Rostov avec d’excellents résultats.

Maintenant à 52 ans combinera le banc du ‘Muzhiki’ avec celui du ‘Sbornaya’ jusqu’au 31 décembre… mais s’il se qualifie pour la Coupe du monde au Qatar 22, il continuerait au moins jusqu’à cette date.

Remplace le limogé Stanislav Cherchesov, un entraîneur qui a gagné le respect de tous pour le grand rôle de la Russie dans leur Coupe du monde (il a éliminé l’Espagne au deuxième tour) et qui s’est tellement concentré sur ce concept physique de bloc qu’il a oublié le football et a ainsi touché le ridicule dans la dernière Championnat d’Europe.

Karpin, lors d’une récente suspension à Rostov

| TWITTER

L’un des sujets les plus brûlants est Artiom Dziuba, puisque Karpin a une confrontation avec lui Cela remonte au moment où il l’a exclu au Spartak en 2009 et l’a forcé à être prêté à Tom of Tomsk.

Nous devrons attendre et voir si le nouvel entraîneur maintient la confiance que Cherchesov a placée dans le gigantesque attaquant ou si vous préférez des forwards plus mobiles comme Fedor Smolov (Lokomotiv). Ou même si cela donne l’alternative à des jeunes comme le stagnant Fiodor Chalov (CSKA), le grand Alexander Sobolev (Spartak) ou le florissant Viacheslav Gruliov (Dinamo).

Son premier match officiel sera des armes à prendre, puisque La Russie accueillera l’actuelle vice-championne du monde la Serbie le 1er septembre en Moscovite Luzhniki lors de la quatrième journée d’un Groupe H mené par les deux équipes avec six points, un de plus que la Slovaquie.

Sujet ouvert : 25 juillet 2021

Trois États américains s’attaquent à BlockFi dans la répression réglementaire – Crypto new media