Kim Jong-un qualifie la musique K-Pop de « cancer vicieux » digne d’être exécuté | Monde | Nouvelles

K-Pop, abréviation de musique populaire coréenne, a connu un énorme succès avec des groupes comme BTS et Blackpink jouissant d’une renommée mondiale. Mais le dictateur nord-coréen a annoncé une répression brutale des airs sud-coréens.

Le chef de l’État ermite pense que la K-Pop « perverse » influence culturellement la jeunesse du pays.

Il considère les importations culturelles sud-coréennes comme un « cancer vicieux » qui corrompt « la tenue, les coiffures, les discours, les comportements des jeunes nord-coréens », rapporte le New York Times.

Selon des informations locales, de nouvelles lois ont été introduites en décembre stipulant que toute personne surprise en train de regarder ou de posséder du contenu sud-coréen pourrait être condamnée à 15 ans de travaux forcés.

Ceux pris à chanter, parler ou écrire dans un « style sud-coréen » pourraient être condamnés à deux ans de camp de travail.

Ceux qui font passer de la K-Pop ou d’autres médias sud-coréens pourraient même être exécutés.

LIRE LA SUITE: Santé de Kim Jong-un: le despote nord-coréen déclenche l’alarme après de nouvelles photos

Des experts et d’anciens citoyens nord-coréens ont déclaré que les jeunes du pays étaient plus susceptibles d’adopter des coutumes étrangères et de défier l’autorité de Kim.

Jiro Ishimaru, rédacteur en chef d’Asia Press International, a déclaré : « Pour Kim Jong-un, l’invasion culturelle de la Corée du Sud a dépassé un niveau tolérable.

« Si cela n’est pas contrôlé, il craint que son peuple ne commence à considérer le Sud comme une Corée alternative pour remplacer le Nord. »

Jung Gwang-il, un transfuge nord-coréen qui fait entrer clandestinement de la K-pop dans le pays, a ajouté : « Les jeunes Nord-Coréens pensent qu’ils ne doivent rien à Kim Jong-un.

« Il doit réaffirmer son contrôle idéologique sur les jeunes s’il ne veut pas perdre les fondements de l’avenir du régime dynastique de sa famille. »

A NE PAS MANQUER…

Les interdictions couvrent également les influences occidentales «décadentes», telles que les coiffures de mulet et les jeans skinny, selon le journal nord-coréen Rodong Sinmun.

Le journal des médias d’État a écrit en mai : « L’histoire nous enseigne une leçon cruciale selon laquelle un pays peut devenir vulnérable et éventuellement s’effondrer comme un mur humide indépendamment de sa puissance économique et de défense si nous ne nous accrochons pas à notre propre mode de vie.

« Il faut se méfier du moindre signe du mode de vie capitaliste et se battre pour s’en débarrasser. »

Les Nord-Coréens peuvent choisir parmi 15 coiffures approuvées par les lois du pays, a-t-on affirmé.

Share