Kimi Raikkonen confirme son retour à l’action à Sotchi

Kimi Raikkonen a confirmé qu’il serait de retour en action lors du week-end du Grand Prix de Russie du 24 au 26 septembre.

Le champion du monde 2007 est absent depuis les essais de vendredi pour le Grand Prix des Pays-Bas après avoir été testé positif au COVID-19 le lendemain matin.

A sa place, Robert Kubica a suppléé chez Alfa Romeo et a terminé 15e de la course à Zandvoort puis 14e du Grand Prix d’Italie.

Raikkonen devait initialement s’isoler aux Pays-Bas, mais dans les jours qui ont suivi, il a pu rentrer chez lui en Suisse.

Il a maintenant publié un message Instagram typiquement succinct qui disait : « Je vais bien. Rendez-vous au prochain GP.

Le Finlandais de 41 ans n’a plus qu’un maximum de huit courses à disputer dans sa carrière en Formule 1 après avoir annoncé qu’il prendrait sa retraite à la fin de la saison.

Sa place au sein de l’écurie Alfa Romeo revient à son compatriote Valtteri Bottas, qui a signé un contrat de trois ans.

Kubica, quant à lui, est le pilote d’essai et de réserve de l’équipe basée en Suisse et après avoir été sévèrement qualifié d' »idiot » par Yuki Tsunoda lors des qualifications au sprint à Monza samedi, le Polonais s’est comporté de manière honorable dans un grand prix mouvementé.

Découvrez tous les derniers vêtements d’équipe 2021 via la boutique officielle de la Formule 1

Bien qu’avant dernier des 15 finisseurs avec seulement Mick Schumacher derrière lui, Kubica n’était qu’à cinq secondes de Sebastian Vettel et juste derrière l’autre Alfa Romeo d’Antonio Giovinazzi, qui avait filé en début de course et avait cassé son aileron avant.

« Ce n’était pas facile, comme prévu », a déclaré Kubica, qui a confirmé qu’il avait laissé Giovinazzi le dépasser sous les ordres de l’équipe.

« Ça a plutôt bien commencé, même si le départ n’était pas génial mais le positionnement était bon. Au premier tour, je pense avoir gagné deux positions, ce qui était un peu surprenant car j’étais le seul à l’arrière de la grille, à part Valtteri Bottas, avec des pneus durs.

« Nous avons dû économiser beaucoup de carburant. Notre rythme était probablement meilleur que prévu et nous allions probablement sur une distance de course complète et j’ai commencé à économiser du carburant, mais c’était inutile car à la fin il y avait une voiture de sécurité.

« Avec la Safety Car, tout a été remanié et c’était une conduite plus défensive. Je ne pouvais pas suivre les autres voitures d’assez près car à chaque fois que je m’approchais, les pneus surchauffaient et la voiture glissait.

« Cela s’est terminé par une belle bataille avec Sebastian, puis nous avons échangé des positions avec Antonio. Je l’ai laissé passer dans le virage 1 et nous avons terminé la course comme ça.

Share