Kuric, le triple “ roi ”

07/04/2021 à 06:33 CEST

Plus loin des projecteurs que les grandes stars de l’équipe, Kyle Kuric est devenu une référence pour l’équipe sur ses propres mérites. Doté d’un lancement aussi plastique qu’efficace, le garde s’émerveille en Euroligue avec une précision colossale de 58,59% en triplets.

C’est la troisième grande réussite pour ainsi dire de quelqu’un qui a eu besoin d’épopée dans sa vie professionnelle et personnelle devenir un joueur très important dans la meilleure équipe de la phase régulière de l’Euroligue.

Mythe à Lousville

A 20 ans, Kyle Kuric a joué en 2010 en tant que remplaçant des Cardinals de Louisville, l’équipe universitaire mythique qui a trois titres NCAA (1980, 1986 et 2013).

Kuric, pendant son séjour à Louisville

| .

Dans les deux premiers il a agi dans le Freedom Hall, son siège de 1956 à 2010, quand il a déménagé au KFC Yum! Centre. Et l’azulgrana était le grand protagoniste de l’adieu.

Sous les ordres du média Rick Pitino, les Cardinals ont chuté ce jour-là avant Syracuse par 35-30 lorsque le partant Jerry Smith a été blessé et l’ancien technicien PAO a donné la responsabilité au Barça. ET Kurique a répondu en marquant 22 points après la pause avec seulement deux ratés, dont un compagnon stellaire pour signer une mythique victoire 78-68 qui portera toujours son nom.

La grande bataille

Kuric a quitté l’Université de Lousville en 2012 et, ne pas être choisi dans le ‘projet’, a commencé une aventure européenne qui l’a conduit à Estudiantes (2012-14), ‘Granca’ (2014-17) et Zenit (2017-18) avant de signer pour le Barça en 2018.

Aux îles Canaries, il a traversé une véritable épreuve lorsqu’une tumeur a été détectée le 3 novembre 2015 ce qui s’est avéré bénin lors de son retrait. Et plus de cinq mois plus tard, «le 10 avril 2016, il est revenu après un rétablissement rapide et miraculeux.

Kyle Kuric, après avoir surmonté une tumeur bénigne

| .

Lors de la dernière pré-saison, Kuric a revécu ces mauvais moments lorsqu’un coup de balle a fait bouger une plaque sur sa tête et qu’il a dû être opéré, mais sans séquelles ultérieures.

Le ‘boss’ du triple

Celui d’Evansville est de loin le meilleur tireur de cette Euroligue avec les 58,59% référés de succès en triples, devant l’Italien Luigi Datome avec 53,09% (Olimpia Milan) et le Français Antoine Diot avec 51,95% (ASV Villeurbanne).

Rénové jusqu’en 2023 et capable de défendre à un niveau remarquable, l’américain Le ressortissant slovaque qui tire avec des gants avant les matchs pour garder ses mains aussi chaudes que possible a pris de l’importance tout au long du parcours et est désormais essentiel pour Jasikevicius.