La Banque des Règlements Internationaux apporte un soutien total aux CBDC

Comparer

Tweeter

Comparer

Comparer

E-mail

La Banque des règlements internationaux (BRI) a annoncé son plein soutien au développement des monnaies numériques des banques centrales (CBDC) dans la poursuite de la stabilité financière et monétaire grâce à la coopération internationale avec le mandat et le soutien des banques centrales. .

Les CBDC sont essentielles à la modernisation des finances

La BRI a reconnu que les CBDC doivent moderniser leurs finances et contrôler les « Big Tech » afin de ne pas contrôler l’argent.

Benoit Coeure, membre du BIS, a prévenu :

« Sans les CBDC, l’argent numérique serait de plus en plus dominé par les grandes entreprises technologiques car elles profiteraient d’énormes bases d’utilisateurs des médias sociaux. »

Les CBDC sont des actifs numériques liés à un actif du monde réel et soutenus par les banques centrales, ce qui signifie qu’ils représentent une réclamation contre la banque exactement comment fonctionnent les billets de banque. De plus, ils sont compatibles avec la blockchain, ce qui représente une nouvelle technologie pour émettre de la monnaie de banque centrale au niveau de gros et de détail.

Selon l’annonce :

« Dans le cadre de son prochain rapport annuel, il a estimé qu’au moins 56 banques centrales et autorités monétaires, représentant environ un cinquième de la population mondiale, envisagent désormais les monnaies numériques à mesure que le commerce évolue en ligne. »

L’émission de CBDC semble être une course contre la montre ; De nombreux pays pensent que posséder une CBDC est essentiel pour contrôler les marchés mondiaux.

Les Bahamas : la première nation à lancer une CBDC

Les Bahamas ont lancé le Sand Dollar en octobre de l’année dernière, ce qui en fait le premier pays au monde à lancer officiellement une CBDC au-delà de la phase de test.

Alors que de plus en plus de pays révèlent leur intérêt pour les CBDC, la BRI a noté que les autorités devraient décider si les citoyens ont besoin d’identités numériques pour les utiliser ou choisir la voie basée sur des jetons, rendant les transactions plus anonymes.

En novembre 2020, le Fonds monétaire international (FMI) a conseillé aux banques centrales de ne pas négliger certains cadres juridiques essentiels nécessaires au fonctionnement d’une CBDC.

Une fois mises en œuvre, les CBDC devraient favoriser l’inclusion financière de près de 1,7 milliard de personnes exclues du système bancaire.

Source de l’image : Shutterstock

Share