in

La bombe est confirmée: les Lakers joueront contre les Warriors

Un secret de polichinelle se confirme, la série des morbides et une bombe digne de la meilleure histoire de la NBA. Les Lakers ont battu les Pélicans et restent septièmes de la Conférence Ouest dans l’une des saisons les plus étranges de tous les temps. Victoire de Portland contre certains Nuggets intéressés à perdre (s’ils gagnaient, ils auraient croisé les Angelenos au premier tour) laisse l’équipe de Frank Vogel dans le play-in. Une anomalie à laquelle personne ne s’attendait au début du cours dans ce genre d’aperçu que la NBA a inventé à cause de la pandémie de coronavirus mais qui a doublé de deux à quatre équipes cette campagne. Le goût qu’Adam Silver prend dans cette augmentation d’excitation est plus que justifié, Et après tant de critiques du système, la concurrence a tourné en rond. À tel point qu’ils auront les Lakers et les Warriors au premier tour, deux des plus grandes attractions de la saison. Et LeBron et Curry, deux joueurs confrontés au récit même personnellement. Deux des meilleurs joueurs de tous les temps qui, il y a trois ans, jouaient le titre et maintenant les éliminatoires se joueront.

Les Lakers ont remporté un match sans histoire, marqué par tout et rien. D’une part, ils avaient l’obligation de gagner; de l’autre, ils allaient le faire avant des pélicans sensuels qui a déjà dit au revoir à la saison il y a quelques jours et qu’ils commencent, désormais officiellement, une période de réflexion qui sera accompagnée de quelques changements et de nombreuses décisions. Ils n’ont pas joué à Zion Williamson, Brandon Ingram, Lonzo Ball … ils ont tous vu un jeu qui ne les intéressait pas en vêtements de ville. La bonne nouvelle parmi tant de victimes a été donnée Willy Hernangómez, qui était le meilleur de son équipe avec 19 points, 13 rebonds et 4 passes, et clôt une campagne au mérite considérable dans laquelle il a fini par faire un trou dans la rotation d’un Stan Van Gundy qui est interrogé dans sa première année de retour dans la meilleure ligue du monde.

Les Angelenos avaient un peu de tout et n’ont pas poussé la machine trop fort. LeBro a terminé avec 25 points en 27 minutes (et une petite frayeur à la cheville au quatrième quart, nous verrons comment cela affecte les Lakers) et a atteint cette moyenne pour la 17e fois de sa carrière (Dans toutes les saisons qu’il a jouées sauf la première, eh bien), un record historique. De plus, les prochains sur cette liste sont Kobe, Jordan, Durant et Malone avec … 12 chacun. Outre LeBron, l’ensemble du quintette des Lakers a dépassé les dix points avec une mention spéciale pour André Drummond, qui, Parmi les nombreuses critiques depuis son arrivée (certaines méritées, d’autres moins), il est passé à 13 points et 13 rebonds. Marc Gasol a profité de plus de minutes que son homologue (27 par 21) et a terminé avec une statistique fade (3 + 7 + 4) mais a contribué à ces actifs incorporels qui peuvent être la clé des séries éliminatoires. Et il a coïncidé avec Willy pendant de nombreuses minutes, bien sûr.

La saison régulière se termine avec les Pélicans qui se disent au revoir et les Lakers dans une situation où personne ne s’attendait à ce qu’ils soient en début de saison, alors qu’ils étaient favoris. Puis vinrent les blessures et la mémoire sélective, mais le handicap n’est pas petit pour une équipe qui, si elle a LeBron et Davis bien physiquement, peut gagner. Ils doivent d’abord vaincre Curry’s Warriors (et tout ce que cela implique) et, s’ils y parviennent, ils joueront le premier tour contre des Suns qui ont eu moins de chance que d’accompagner habituellement une équipe qui est deuxième de la Conférence Ouest. Et bien sûr, jamais un septième n’a remporté le ring. Les Knicks, qui ont commencé les huitièmes de finale en 1999 (une autre saison raccourcie, 50 matchs en raison du lock-out), ils ont atteint la finale, mais cela a été le sommet de ce genre de coup de cœur. Bien sûr, avec LeBron James, vous ne savez jamais. Le roi veut défendre sa couronne bec et ongles après un parcours plein de difficultés (pour tout le monde) et la première bosse pour cela sera dans son ennemi le plus intime, une star sans qui il est impossible de comprendre sa carrière. Et oui, LeBron est en route vers 37 ans … mais il est LeBron. Un peu plus à ajouter.

BLAZERS PORTLAND TRAIL 132-116 NUGGETS DENVER

La victoire de l’équipe de l’Oregon a laissé les Lakers septièmes et empêche Damian Lillard et compagnie de jouer le play-in. Avec Terry Stotts en ligne, Les Blazers joueront le projet contre les Nuggets, qui pourraient choisir un rival, car s’ils gagnaient, ils se seraient croisés avec les Lakers., quelque chose que personne ne veut. Denver a joué avec les gros titres, mais avec peu de conviction et quelques minutes: moins de 17 pour Nikola Jokic (21 points), 15 pour Michael Porter Jr. (9), moins de 14 pour Facundo Campazzo (2 + 2 + 2). Et dans les Blazers, plus de besoin: 22, avec 10 passes pour un Lillard qui termine une autre saison à l’Olympe (presque 29 points par nuit), 24 de CJ McCollum et 20 + 13 de Jusuf Nurkic, qui termine une saison pleine de doutes avec un belle performance. De plus, 14 + 15 pour le cool Enes Kanter du banc et 10 points pour Carmelo. Et maintenant, avec le projet tremblant, de voir les visages avec Jokic pour essayer un machado en séries éliminatoires dans lequel personne ne les a. C’est ce qui a une idée basée uniquement sur l’attaque, un manque de continuité qui vous éloigne inexorablement du ring. Des choses qui arrivent.

Jacques Villeneuve s’attend à “ plus d’erreurs ” de Lewis Hamilton

Fernando Roig, président de Villarreal, positif pour Covid