La CBF reproche aux autorités sanitaires d’avoir interrompu le superclassique

05/09/21 à 23:49 CEST

La CBF, par le biais d’un communiqué, a durement critiqué le gouvernement brésilien pour les actions de l’Agence de surveillance sanitaire (ANVISA) qui ont abouti à la suspension de Brésil-Argentine, des qualifications sud-américaines pour Qatar 2022.

« La CBF défend la mise en œuvre des protocoles sanitaires les plus rigoureux et les respecte dans leur intégralité. Cependant, elle souligne qu’elle a été absolument surprise par le moment où l’action de l’ANVISA s’est déroulée avec le parti déjà commencé »dit la déclaration.

La Confederaçao considère que « L’ANVISA aurait pu exercer son activité de manière beaucoup plus appropriée aux différents moments et jours avant le match ». C’est une position qui amènera une queue politique au Brésil, compte tenu de l’attitude du président d’extrême droite, Jair Bolsonaro.

Dans la même déclaration, le CBF se démarque de toutes les actions de la Surveillance sanitaire brésilienne et souligne qu’aucun de ses membres n’est intervenu sur aucun point lié aux protocoles sanitaires établis par les autorités locales concernant l’accès des voyageurs sur le territoire brésilien.

« Le rôle de la CBF a toujours été d’essayer de favoriser la compréhension entre les entités impliquées afin que les protocoles sanitaires puissent être respectés afin que le match puisse avoir lieu », expose la Confederaçao, qui se sent « déçu » pour tout ce qui s’est passé et attend maintenant la décision de la Conmebol et de la FIFA concernant le match qui a été suspendu à la 6e minute.

Share