in

La Chine dans une attaque fulgurante contre les États-Unis pour son « échec » afghan alors qu’elle se rapproche des talibans | Monde | Nouvelles

Wang Yi, ministre des Affaires étrangères du pays, a rencontré le haut dirigeant taliban, le mollah Abdul Ghani Baradar, pour des entretiens sur l’avenir de l’Afghanistan dans la province chinoise de Tianjin, au nord-est. Les États-Unis et leurs alliés de l’OTAN sont actuellement en train de retirer leurs troupes d’Afghanistan après 20 ans. Ils devraient terminer leur départ du pays d’ici le 31 août.

Le retrait a vu une résurgence des militants islamiques, qui ces dernières semaines ont mis en déroute les troupes du gouvernement afghan et reconquis de vastes étendues de territoire.

L’avancée des talibans a exercé une pression énorme sur le gouvernement central de Kaboul, alors qu’il tente désespérément de consolider son autorité en déclin, craignant qu’il ne capitule bientôt.

Tournée vers l’avenir, la Chine a cherché à établir des relations amicales avec les dirigeants talibans et à tracer une voie de coopération mutuelle.

Le plus haut diplomate de Pékin a insisté sur le fait que la Chine avait toujours respecté la souveraineté et l’indépendance de l’Afghanistan avant de critiquer les politiques ratées de Washington dans la région.

“Le retrait précipité des troupes américaines et de l’OTAN d’Afghanistan marque en fait l’échec de la politique américaine envers l’Afghanistan”, a déclaré M. Wang.

Le ministre des Affaires étrangères a appelé à un Afghanistan uni et pacifique, affirmant que “le peuple afghan a une opportunité importante de parvenir à la stabilité et au développement nationaux”.

Il a envisagé un rôle clé pour les islamistes dans ce processus, les décrivant comme une “force militaire et politique pivot” qui devrait jouer un rôle important dans la réconciliation et la reconstruction.

LIRE LA SUITE: L’Australie a averti de renforcer ses défenses de guerre, les États-Unis étant incapables d’arrêter la Chine

La province du nord-ouest abrite les Ouïghours de Chine, majoritairement musulmans.

Après une série de soulèvements violents en 2009, Pékin a imposé une répression contre les Ouïghours, rassemblant de larges sections de la population et les internant dans des soi-disant « camps de rééducation ».

La Chine a été accusée d’avoir commis un génocide contre le groupe ethnique, ce qu’elle nie vigoureusement.

Écoutez Tesla et Hyundai en fonction : un allégement temporaire des droits serait un beau geste et profiterait à l’Inde à long terme

Le chauffage global a atteint un «point de basculement» ⋆ 10z viral