La comparaison choquante de la DGT: votre voiture tombe de bâtiments emblématiques | Moteur

La dernière campagne de sensibilisation de la DGT aux limitations de vitesse sur route compare les collisions aux chutes de bâtiments.

Parfois, nous ne savons pas comment nous risquons notre intégrité jusqu’à ce que quelqu’un nous montre une comparaison qui nous réveille. Dans ce but, l’une des dernières publications de la DGT a été publiée dans son magazine et ses réseaux sociaux qui a le viser à ce que les conducteurs réduisent la vitesse à laquelle ils se déplacent.

Nous sommes tous clairs que Ce n’est pas la même chose de subir une collision à 50 km / h qu’à 120 km / h. A titre d’exemple, nous pouvons voir le changement qui sera opéré en mai avec les limites de vitesse dans les villes et l’engagement à 30 km / h après avoir détecté celui des piétons “si la vitesse du véhicule impactant est de 30 km / h h le le risque est de 10%; si la vitesse est de 50 km / h, ce risque de décès s’élève à 90% ».

On peut penser que dans le cas des personnes qui entrent à l’intérieur des véhicules, ces chiffres ne sont pas si importants en raison de la multitude de mesures de sécurité, de la ceinture de sécurité ou de l’airbag aux améliorations des structures du véhicule. Mais cette perception peut changer.

Pensez-vous que vous seriez en sécurité si votre voiture tombe du mur d’Ávila? Et de la tour d’Hercule? La campagne que la DGT a partagée pour sensibiliser à la vitesse sur route s’appuie sur ce type d’images, avec des comparaisons entre différentes vitesses et votre véhicule tombant de bâtiments connus.

Si vous avez un accident à 50 km / h, c’est comme si vous tombiez avec votre voiture du mur d’Ávila, 120 km / h de la tour d’Hercule à La Corogne, 139 km / h de la Torre del Agua à Saragosse … Et avec des exemples plus impressionnants, à 191 km / h de la Torre Agbar à Barcelone ou 252 km / h de la tour Caja Madrid, un bâtiment de 250 mètres. Il est difficile de penser à en sortir intact.

Cette publication peut également être consultée dans le magazine DGT. Nous ne connaissons pas l’impact que cela aura sur les conducteurs les plus téméraires, mais éveille l’imagination sur ce que ça peut être de tomber de ces hauteurs et les risques encourus.