La Corée du Nord testera plus de missiles «pour s’en prendre» à Biden – «Montrer qu’elle peut tuer des millions de personnes» | Monde | Nouvelles

La semaine dernière, la Corée du Nord a tiré deux missiles balistiques dans la mer depuis sa côte est. Les tirs d’essai ont été la première provocation majeure de Kim Jong-un depuis que le président Biden a pris ses fonctions en janvier.

Harry Kazianis, directeur principal du Center for the National Interest, a averti que la Corée du Nord allait probablement tester plus de missiles «pour s’en prendre» au président américain Joe Biden.

Cette semaine, l’ONU a averti que la Corée du Nord avait probablement développé la capacité de monter des ogives nucléaires sur ses missiles balistiques intercontinentaux.

Cet avertissement ajoute à l’inquiétude internationale concernant les capacités d’armes croissantes de Pyongyang.

M. Kazianis a ajouté comment Kim Jong-un continuera à tester des missiles et des armes nucléaires pour montrer aux États-Unis qu’ils peuvent «tuer des millions de personnes».

LIRE LA SUITE – Biden a averti: la Corée du Nord avait des années “ pour perfectionner ses missiles ”

Ils ont également «convenu de l’impératif de mettre pleinement en œuvre les résolutions pertinentes du Conseil de sécurité des Nations Unies par la communauté internationale, y compris la Corée du Nord, de prévenir la prolifération et de coopérer pour renforcer la dissuasion et maintenir la paix et la stabilité dans la péninsule coréenne.»

Des responsables japonais ont déclaré que les essais d’armes de la Corée du Nord la semaine dernière étaient des missiles balistiques, qui sont interdits par les résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU.

Le président Biden a mis en garde la Corée du Nord contre la violation des résolutions de l’ONU.

S’exprimant lors d’une conférence de presse la semaine dernière, le président a déclaré “qu’il y aura des réponses” si la Corée du Nord choisit d’intensifier ses tests de missiles interdits.

M. Biden a ajouté: «Je suis également prêt pour une forme de diplomatie, mais elle doit être conditionnée au résultat final de la dénucléarisation.»