La corruption de l’ACLU révélée | Ligne électrique ⋆ 10z virale

Je n’ai jamais vu un film dans lequel Johnny Depp est apparu, et je sais qu’il a déjà été marié à Amber Heard, une actrice par ailleurs inconnue de moi, uniquement à cause de mon balayage incessant des titres sur Internet. Mais il s’avère qu’il y a une histoire intéressante derrière le drame du divorce Depp-Heard – une histoire qui peut illustrer la corruption généralisée parmi les organisations à but non lucratif de grande valeur. Le Daily Mail rapporte :

Un procès en diffamation amer se prépare maintenant entre Johnny Depp et l’American Civil Liberties Union (ACLU) après que de nouveaux documents ont révélé que le personnel de l’association a écrit l’éditorial explosif sur la violence domestique au centre de la poursuite en diffamation de 50 millions de dollars de l’acteur contre son ex-femme Ambre entendu.

Une mine d’e-mails vus par DailyMail.com suggèrent que Heard, 35 ans, a eu une contribution minimale dans l’article de décembre 2018 qui a été écrit par un stratège de l’ACLU puis lui a été soumis pour approbation.

Le Daily Mail a la marchandise. Le trafic de courrier électronique montre que le célèbre éditorial de Heard dans le Washington Post a été écrit par des employés de l’American Civil Liberties Union, dirigé par un « stratège en communication » de l’ACLU. Heard n’avait que peu ou rien à voir avec cela, et ses propres avocats – l’éditorial était intensivement plaidé des deux côtés – craignaient que cela puisse violer son accord de non-divulgation avec Depp. La langue a donc été soigneusement négociée, mais toujours avec l’ACLU pour l’écriture.

Pourquoi l’American Civil Liberties Union s’est-elle tant intéressée à un divorce hollywoodien ? Je suppose qu’ils diraient, pour des raisons de féminisme. Mais il s’avère qu’il y avait aussi un motif financier :

L’ACLU est déjà confrontée à une date limite du 28 mai pour répondre à un barrage de citations à comparaître de l’équipe juridique de Depp qui veut savoir si Heard a jamais honoré une promesse publique de 2016 de faire don de la moitié de son argent de divorce – quelque 3,5 millions de dollars – au groupe de défense des droits civiques tant vanté.

Bonne question! Vous pouvez écrire beaucoup d’articles d’opinion pour 3,5 millions de dollars.

Cette histoire est l’une des nombreuses qui soulèvent des questions sur les organisations à but non lucratif de premier plan, sur leurs motivations et leur prétendue dévotion au bien public. Un ami qui m’a alerté sur cette histoire écrit :

C’est une histoire folle qui frappe la pointe d’un iceberg de corruption dans notre complexe médiatique/politique moderne.

L’histoire la plus profonde ici est la façon dont tant de ces organisations à but non lucratif et institutions traditionnelles sont maintenant devenues des arnaqueurs de collecte de fonds et des opérations de hache de guerre / shakedown complètement sans rapport avec leurs missions d’origine et à quel point le WaPo, le NYT, le Time, etc. sont impatients. de jouer la servante de ces stratagèmes. L’ACLU, le NAACP/BLM, le Sierra Club, etc.

L’éditorial féministe du Washington Post qui a ostensiblement été écrit par Amber Heard, s’avère être une collaboration entre l’ACLU et le Post dans laquelle Heard n’a joué pratiquement aucun rôle. Il y a de la corruption ici de toutes parts, à l’exception peut-être de celle de Johnny Depp. A son sujet, je n’ai pas d’opinion. Mais quiconque pense que les organisations à but non lucratif comme l’ACLU sont pour le bien public est une ventouse.

Share