« La Coupe du monde tous les deux ans est frivole »

23/09/2021 à 20:33 CEST

Javier Tebas, président de la Liga, a critiqué lors d’une intervention au Sommet mondial du football la proposition d’organiser une Coupe du monde des équipes nationales tous les deux ans et non tous les quatre.

« La Coupe du monde tous les deux ans est frivole. Il y a encore un long chemin à parcourir pour réparer le monde du football plutôt que de créer une Coupe du monde tous les deux ans. »a-t-il déclaré lors d’une conférence qui a eu lieu au stade Wanda Metropolitano.

Tebas a évoqué d’autres sujets, comme l’accord avec le fonds CVC. De cela, il a estimé que  » cela marque une norme très différente dans l’histoire du sport  » : qu’organiquement et avec leurs propres ressources, il leur était très difficile de le faire dans un court laps de temps ».

« Si nous baissons dans les revenus, ils facturent moins ou ne facturent pas et si nous montons, ils facturent plus. Il y a une prise de risque. De l’autre côté, ils ont voulu parler de cela comme d’une opération financière et c’est une opération au capital avec un partenaire industriel expérimenté dans l’industrie du sport », a-t-il déclaré.

En ce sens, il a souligné : « Seulement 15 % de l’argent est pour les joueurs. Le reste aura un peu à voir avec les besoins de chaque club, ils le savent mieux que quiconque. Certains stades doivent être améliorés, certains stades qui sont encore faible doit être numérisé. en la matière. Cela arrive aussi avec les clubs, il y a beaucoup de clubs avec un déficit important dans ce domaine. « 

« CVC ne met pas l’argent ici pour le perdre, mieux ce sera pour eux, mieux ce sera pour nous.. Dans les dix ou quinze prochaines années, notre chiffre d’affaires augmentera d’environ 30% par rapport à ce que nous avons actuellement. Il faut chercher des partenaires stratégiques pour grandir, rien ne se passe », a-t-il déclaré.

Cet accord ne convainc pas certaines entités : « Le Real Madrid, depuis sept ans, s’oppose à des questions approuvées à LaLaliga à une large majorité. Ils ont, avec Barcelone, trois ou quatre ans en désaccord avec ce sur quoi nous travaillons. en Liga Mais il faut travailler pour la majorité. »

« L’UEFA doit donner une plus grande importance aux clubs, mais pas seulement aux grands. Il faut prendre en compte l’avis des moyens et des petits. S’il n’y avait que l’avis des grands, c’est ce que fait la Super League veut, le football serait ruiné dans cinq ans », a-t-il déclaré.

Concernant le nouveau concours pour l’attribution des droits audiovisuels, il a déclaré : « Si l’appel d’offres n’est que pour trois ans, il n’y aurait qu’un seul concurrent et si c’est pour quatre ou cinq, nous en aurons plus. Nous aurons plus de concurrents dans le offrir pendant quatre ou cinq ans et ils vont offrir ou donner la possibilité de plus de distribution de football à l’Espagne « .

« Désormais, seul le marché résidentiel payant apparaîtra sur le marché. Horeca, LaLiga SmartBank, le jeu en clair, les clips numériques… ça va jusqu’en mars 2022. Nous voulons que les opérateurs se concentrent sur le produit qui a le plus de valeur. Et une fois les packages attribués, nombreux seront ceux qui penseront qu’ils sont à court de peu et achèteront LaLiga SmartBank. Si vous faites tout en même temps, vous ne laissez pas la possibilité de réaction à ceux qui en manquent. produit », a-t-il précisé.

Le dirigeant ne s’inquiète pas de cet aspect à l’étranger : « Au cours des quatre prochaines années, nous avons garanti des droits audiovisuels au niveau international, vendus dans la plupart des territoires à un bon prix. Nous les avons que Messi ou pas, Vinicus parte ou pas. Et nous va continuer à croître de 8 ou 9 % à l’international à coup sûr dans les années à venir. »

En revanche, il a indiqué qu’ils ne croient pas aux apports illimités en capital aux équipes : « Il doit y avoir un contrôle car si une infraction au galop n’est pas générée et au final un projet de Superliga car si vous mettez beaucoup d’argent dans un club ce que vous voulez c’est une compétition fermée pour que votre club vale plus ».

« Le football n’est pas durable avec le système de cotisation illimitée. Nous n’allons pas changer le modèle de contrôle économique. Peut-être que nos équipes seront moins compétitives en Europe mais elles seront plus durables économiquement », a-t-il conclu.

Share