La Cour européenne déclare que les vaccinations obligatoires pour les enfants sont légales et «nécessaires» | Politique | Nouvelles

Le tribunal basé à Strasbourg répondait à une plainte déposée par des familles tchèques concernant des coups obligatoires pour les enfants. Le tribunal a statué: «Les mesures pourraient être considérées comme« nécessaires dans une société démocratique ».» Les experts juridiques ont déclaré que la décision pourrait ouvrir la voie à l’introduction de vaccins obligatoires contre le coronavirus par les gouvernements.

Nicolas Hervieu, spécialiste de la CEDH, a déclaré qu’elle «renforce la possibilité d’une vaccination obligatoire dans les conditions de la pandémie actuelle de COVID-19».

La décision ne concernait pas directement les campagnes de vaccination Covid, mais les experts estiment qu’elle pourrait être utilisée pour encourager les personnes qui ont jusqu’à présent refusé d’accepter un coup.

Il a déclaré que les vaccins obligatoires administrés par les autorités sanitaires tchèques étaient conformes à «l’intérêt supérieur» des enfants.

Le tribunal a ajouté: «L’objectif doit être que chaque enfant soit protégé contre les maladies graves, grâce à la vaccination ou en vertu de l’immunité collective.»

Il a déclaré que la politique de santé tchèque ne violait pas l’article 8 de la Convention européenne des droits de l’homme – le droit au respect de la vie privée.

En vertu de la loi tchèque, les enfants doivent être vaccinés contre neuf maladies, dont la diphtérie, le tétanos, la coqueluche, l’hépatite B et la rougeole.

L’affaire a été intentée par des familles qui avaient été condamnées à une amende ou dont les enfants s’étaient vu refuser l’accès à la crèche pour non-respect de la loi.

L’affaire a été intentée par des familles qui avaient été condamnées à une amende ou dont les enfants s’étaient vu refuser l’accès à la crèche pour non-respect de la loi.

La CEDH n’est pas une institution de l’UE et le bloc n’est pas signataire de sa convention sur les droits de l’homme.

La Grande-Bretagne, cependant, est membre et les tribunaux britanniques devront tenir compte de la décision de la CEDH, mais ne sont pas liés par celle-ci.