La découverte qui pourrait révolutionner l’arbre évolutif de l’espèce humaine

25/06/2021 à 20h09 CEST

Notre génome a entre un 5 et 10 % du matériel génétique des Néandertaliens. Il a été théorisé ad nauseam sur ce que pourraient être les traits que nous avons hérités d’eux. L’Homo Neanderthalensis est une espèce d’Homo aux caractéristiques très particulières et qui a longtemps été considérée comme typique de l’Europe.

Ainsi, le méli-mélo entre leur espèce et la nôtre pourrait avoir son origine au Moyen-Orient, plus précisément dans l’Israël actuel, puisqu’un fossile vieux de 130 000 ans a été découvert qui partage une bonne partie de ses attributs mais qu’il pourrait s’agir d’une autre espèce d’homo qui a servi de voie vers la forme finale d’homo sapiens.

Homo Neanderthalensis était plus robuste que nous, avec plus grande capacité crânienne bien que plus faible quotient d’encéphalisation, On pense que son appareil de parole n’était pas préparé à une langue aussi fluide que la nôtre et avait aussi certaines caractéristiques pour survivre aux températures froides (front insaisissable, absence de menton, tore supraorbital plus robuste que le nôtre…)

Ces ancêtres des nôtres ont été trouvés à un moment donné avec Homo Sapiens ou avec une espèce similaire qui a servi de lien entre les deux espèces. Chose qui pourrait être corroborée par la découverte d’Homo Nesher, dans une carrière en Israël. Certaines parties du crâne et de la mâchoire y ont été trouvées qui pourraient servir de caractéristique déterminante pour cette théorie.

Share