La DGT obligera les conducteurs à avoir cet appareil à 1 000 euros dans leur voiture

14/10/2021

Le à 10:01 CEST

Claudio Torres Rojas

La Direction générale de la circulation se bat depuis des années contre le grand nombre de tués au volant qu’il y a chaque année. Son objectif est de diminuer ce nombre ou, directement, l’éliminer complètement d’ici 2050. Pour ce faire, il faut prendre de nouvelles mesures qui seront mises en place au fil du temps, et l’une d’entre elles est un dispositif dont on parle depuis des années mais ce ne sera qu’en 2022 qu’il sera obligatoire.

Concrètement, ce sera à partir du prochain 6 juillet 2022 d’où la DGT entend rendre obligatoire le port un éthylotest anti-démarrage installé dans notre voiture. Celui-ci, comme son nom l’indique, a pour fonction principale verrouiller la voiture au cas où nous dépasserions le niveau d’alcool maximum autorisé (qui, rappelons-le, est de 0,5 g/l dans le sang et 0,25 mg/l dans l’air expiré chez les conducteurs réguliers et 0,3 g/l dans le sang et 0,15 mg/l dans l’air expiré chez les conducteurs professionnels et novices).

La teneur en alcool maximale autorisée est de 0,5 g/l dans le sang et de 0,25 mg/l dans l’air expiré

| Google

Ce système, qui s’appelle Autolock, est sur le marché depuis un certain temps même s’il n’était pas obligatoire pour notre véhicule. Cependant, le plus gros problème avec cet appareil lorsqu’il s’agit de l’implémenter dans toutes les voitures est que a un prix élevé, parce que ça coûte jusqu’à 1 000 euros plus installation, Cela peut être encore 100 euros au moins. Il est à noter que les premiers pilotes à l’installer seront les professionnels.

L’objectif de la mise en œuvre de ce système pour la DGT est d’éviter qu’un conducteur ivre ait autant de facilité à conduire, puisque ce dispositif a la capacité de bloquer la voiture afin qu’elle ne puisse même pas démarrer en cas de dépassement du taux d’alcoolémie maximal. On se souvient que l’amende est de 500 euros et à la hausse, en fonction du taux d’alcool que le conducteur a. Et en cas d’avoir un taux très élevé, il sera considéré comme un crime (pour cela, vous devez surmonter le 0,6 mg/l dans l’air expiré ou la 1,2 g/l d’alcoolémie).

Share