La France annule les réunions au Royaume-Uni alors qu’elle qualifie Boris de duplicité à propos d’un sous-accord | Monde | Nouvelles

Le nouveau pacte de défense verra le Royaume-Uni, l’Amérique et l’Australie partager des ressources militaires et scientifiques. Et l’Australie recevra la technologie pour construire des sous-marins à propulsion nucléaire. Cependant, Canberra a maintenant annulé un contrat de 47 milliards de livres sterling avec la France pour construire 12 sous-marins diesel-électriques.

Cette décision, qualifiée de « coup de poignard dans le dos », a laissé la France furieuse. Mais les experts disent que cela montre « la Grande-Bretagne mondiale » en action et est vital pour endiguer la puissance de la Chine.

Hier soir, Jean-Yves Le Drian, le ministre des Affaires étrangères à Paris, a déclaré samedi que son pays avait été victime de « duplicité, mépris et mensonges ».

Mais lorsqu’on lui a demandé sur la radio France 2 pourquoi son ambassadeur à Londres n’avait pas été rappelé ainsi que les américains et les australiens, M. Le Drian a suggéré que ce n’était pas nécessaire.

La France connaissait « l’opportunisme permanent » de la Grande-Bretagne et Boris Johnson était de toute façon la « cinquième roue du chariot », a déclaré M. Le Drian.

Il a déclaré que le Premier ministre australien Scott Morrison lui avait parlé de la rupture du contrat des sous-marins une heure seulement avant l’annonce du nouvel accord AUKUS à la télévision en direct mercredi.

« C’est pourquoi je dis qu’il y a eu de la duplicité, du mépris et des mensonges et quand vous avez un allié de la stature de la France, vous ne le traitez pas comme ça », a déclaré M. Le Drian.

La France a annulé les pourparlers de haut niveau entre le secrétaire à la Défense Ben Wallace et son homologue française Florence Parly, qui devaient avoir lieu cette semaine.

Le sommet clé de la défense du Conseil franco-britannique de jeudi à Londres, auquel devait participer un certain nombre d’officiers et de diplomates français, dont l’ambassadrice de France Catherine Colonna, ainsi que sa nouvelle homologue britannique, Menna Rawlings, a également été annulé.

Jean-Pierre Maulny, directeur adjoint de l’Institut français des affaires internationales et stratégiques, a déclaré : « La plupart de la colère est dirigée contre les États-Unis, l’Australie en deuxième et le Royaume-Uni en troisième, car la perception est que ce sont les États-Unis qui tiré les ficelles. Nous comprenons pourquoi il a été bien accueilli par le Royaume-Uni et l’Australie, mais nous supposons que les États-Unis l’ont mené. « 

La chaîne des événements a commencé lorsque le vice-amiral Michael Noonan, le chef de la marine australienne, a contacté son homologue britannique, l’amiral First Sea Lord Sir Tony Radakin, avec la proposition d’adopter des sous-marins à propulsion nucléaire en mars.

Les États-Unis ont été approchés et ont accepté la mesure sans précédent de partager la technologie nucléaire avec un autre partenaire de Five Eyes avec une politique alignée sur la manière de contenir les ambitions territoriales chinoises en mer de Chine méridionale.

Lord Ricketts, ancien ambassadeur britannique en France et président britannique du Conseil franco-britannique, a averti que la Grande-Bretagne devrait s’attendre à davantage de « mesures françaises ciblant les intérêts (britanniques) ».

Il a ajouté : « C’est bien plus qu’une simple querelle diplomatique, le retrait des ambassadeurs n’est que la pointe de l’iceberg. »

Cependant, les initiés de Whitehall sont restés optimistes, révélant que même s’ils s’attendaient à une « tempête à court terme » dans les relations anglo-françaises, l’importance de liens diplomatiques et militaires forts avec Paris restait « primordiale ».

Ils ont également noté que le président Emmanuel Macron, dont M. Le Drian a dit qu’il était « brûlant de colère et d’indignation » face aux élections en avril.

Il y aurait peu d’impact sur les traités de Lancaster House – le pacte de défense anglo-français établi en 2010 – car, sous M. Macron « il y a eu peu de volonté politique de le dynamiser ».

L’expert en stratégie maritime, le Dr Alessio Patalano, du King’s College de Londres, a déclaré : « Sous Macron, un certain nombre de pièces détaillées de coordination et de coopération n’ont pas été remplies au même niveau qu’auparavant.

« La difficulté ne vient pas du traité, mais plutôt du manque d’incitation politique au niveau français pour continuer à avancer vers des objectifs tels que la création de plateformes de renseignement partagées, le partage d’informations, l’organisation et la coordination des opérations. »

Mais la réaction de la France ignore également le fait qu’elle n’est pas capable de fournir ce dont l’Australie estime avoir besoin maintenant.

Le nouveau pacte, décrit par le conseiller britannique à la sécurité nationale Sir Stephen Lovegrove comme « peut-être la collaboration capacitaire la plus importante au monde au cours des six dernières décennies », verra l’Australie acquérir huit sous-marins à propulsion nucléaire capables d’être déployés à plus longue portée dans le vastes eaux de la mer de Chine méridionale et du Pacifique.

Et c’est Boris Johnson qui a veillé à ce que le pacte soit élargi au-delà des seuls sous-marins.

Mais le ministre français de l’Europe, Clément Beaune, a qualifié la Grande-Bretagne de « partenaire junior », affirmant que le Royaume-Uni avait accepté la « vassalisation » des États-Unis.

Il a déclaré : « Nos amis britanniques nous ont expliqué qu’ils quittaient l’UE pour créer Global Britain. On voit bien qu’il s’agit d’un retour dans le giron américain et d’une forme de vassalisation acceptée. »

Share