La France interdit la vente de fruits et légumes emballés dans du plastique

13/10/2021 à 11h33 CEST

Décision politique historique en France : le suremballage de fruits et légumes dans les supermarchés avec des embouts en plastique, un véritable cauchemar qui génère de grandes quantités de déchets en mer et à terre.

La loi française anti-gaspillage et pour une économie circulaire a été publiée le 11 février au Journal Officiel, mettant un terme à un long processus de débat et de concertation qui avait été lancé en octobre 2017.

Le gouvernement présidé par Emmanuel Macron vient d’approuver le décret, sur la base de cette loi, interdisant les emballages plastiques dans les fruits et légumes frais. La mesure commencera à s’appliquer le 1er janvier de l’année prochaine, quand un horaire progressif commencera à donner plus de temps aux fruits et légumes plus délicats. Dans tous les cas, le processus doit être terminé au plus tard le 30 juin 2026.

Concrètement, au 1er janvier 2022, une trentaine de fruits et légumes frais non transformés seront commercialisés sans plastique. Les les légumes seront les suivants: poireaux, courgettes, aubergines, poivrons, concombres, pommes de terre, carottes, tomates rondes, oignons, navets, choux, choux-fleurs, courges, panais, radis, tubercules et topinambours.

Les fruits sont: pommes, poires, oranges, clémentines, kiwis, mandarines, citrons, pamplemousses, prunes, melons, ananas, mangues, fruits de la passion et kaki.

Pour le reste, le décret approuvé fixe un calendrier dans lequel les commerçants doivent trouver des solutions alternatives de conditionnement avant le 30 juin 2026. Il s’agit de fruits et légumes qui présentent un plus grand risque de détérioration lorsqu’ils sont vendus en vrac.

C’est le cas des pêches et des abricots, fruits bien mûrs ; Graines germées, fruits rouges et même légumes primeurs, c’est-à-dire récoltés au printemps, avant d’atteindre leur pleine maturité.

De même, un délai de six mois pour l’élimination des stocks disponibles d’emballages plastiques.

On estime que 37 % des fruits et légumes sont actuellement vendus dans des emballages, on estime donc que cette mesure éliminera plus d’un milliard d’emballages plastiques inutiles chaque année.

Cette mesure ne s’appliquera pas aux ventes supérieures à 1,5 kilo, ni aux fruits et légumes dont la vente en vrac présente un risque de détérioration du produit. La liste de ces produits doit être établie par décret dont la publication est attendue vers l’été 2020.

De plus, et également à compter du 1er janvier 2022, les autocollants sur les unités de fruits et légumes sont interdits, Ceux-ci sont principalement utilisés pour indiquer la marque, sauf si ces autocollants sont fabriqués à partir de matériaux compostables ou sur papier.

Du secteur français ils considèrent que s’il est vrai qu’il existe des emballages plastiques qui peuvent être dispensables, il y en a d’autres qui jouent un rôle clair dans la conservation du produit ou dans la présentation de produits de meilleure qualité, qui sont appréciés par le consommateur .

Les exportations espagnoles aussi

Cette interdiction touchera non seulement les producteurs français, mais toutes les entreprises qui souhaitent commercialiser des fruits et légumes en France, et donc aux Espagnols.

L’Espagne exporte des fruits et légumes pour plus de 3 000 millions d’euros par an vers la France, puisque le pays gaulois est la deuxième destination de nos exportations, seulement derrière l’Allemagne

C’était un vieille aspiration du mouvement écologiste et des organisations de consommateurs, qui réclament également une mesure similaire en Espagne. Ces entités rappellent que la majorité des fruits vendus dans les grandes surfaces sont déjà pourvus de leur propre « emballage » naturel, la peau, qui est également jetée lors de la consommation du produit. ‘Naked the fruit’ est une campagne en cours pour imiter le modèle désormais adopté en France.

Pour cette raison, ils considèrent qu’il manque de sens pratique d’emballer ces fruits et légumes dans du plastique, qui finit souvent par aller dans le milieu naturel.

Cela peut vous intéresser : L’Espagne, puissance mondiale des déchets plastiques

Share