La ligne de métro «pourrait être fermée» en raison de la crise du financement de TfL

Hier, le chef des finances de TfL, Simon Kilonback, a fait ces commentaires devant un comité (Photo: Youtube/TFL, .)

Une ligne entière de métro pourrait devoir fermer et plus de 100 services de bus dans la capitale pourraient être supprimés sans financement gouvernemental, a averti Transport for London.

Les options sont envisagées au milieu d’une « perturbation importante des clients » si le soutien financier du gouvernement n’est pas assuré et que le réseau tombe en « déclin géré ».

Mercredi, le chef des finances de TfL, Simon Kilonback, a dressé un sombre tableau de ce que signifierait l’absence de financement.

Il a déclaré au comité des finances de TfL : « Nous devrions réduire le réseau de métro de 9 % et le réseau de bus de 18 %.

«En pratique, sur le réseau de bus, cela signifie que plus de 100 lignes sont supprimées et que sur les lignes restantes, 200 bénéficieraient de réductions de fréquence de service.

« Pour le réseau de tubes, nous analysons toujours les impacts, par exemple d’une fermeture complète d’une ligne ou d’une partie de ligne ou de réductions plus faibles sur l’ensemble [Underground] réseau’.

Les lignes de métro menacées de fermeture n’ont pas été mentionnées, mais la ligne Bakerloo, dont les trains remontent aux années 1970, serait menacée.

M. Kilonback a également déclaré qu’il existait un risque que TfL doive émettre un «avis en vertu de l’article 114» et se déclarer effectivement en faillite.

Une telle décision signifierait qu’elle s’engagerait uniquement à fournir les services requis par la loi, tels que les autobus scolaires, les licences de taxi, certaines réparations routières et le ferry de Woolwich.

Un accord de financement d’urgence entre le gouvernement et TfL expire le 11 décembre.

Andy Byford, le commissaire aux transports de Londres a déclaré qu’il n’était pas  » hyperbolique  » mais pensait qu’il y avait  » moins de trois semaines pour sauver TfL « .

M. Byford a déclaré: « Si nous n’obtenons pas l’aide que nous recherchons, je pense qu’il y aurait des conséquences de grande envergure pour Transport for London et tous ceux qui en dépendent. »

Il a déclaré que sans l’aide financière, TfL tomberait dans « un cycle descendant très dommageable et vicieux de sous-investissement et de réduction des services qui, au fil du temps, nous ramènerait inévitablement au mauvais vieux temps des années 1970 et 1980 ».

Le ministère des Transports (DfT) a accusé TfL de « traquements de sabre inutiles ».

Dans un communiqué, il a déclaré: «Le gouvernement a soutenu les Londoniens et leur réseau de transport tout au long de la pandémie, fournissant un montant sans précédent de 4 milliards de livres sterling pour protéger les emplois et les services de première ligne.

«Ces accords ont été équitables pour les contribuables de tout le pays et se sont concentrés sur la garantie que TfL repose sur une base financière plus stable pour l’avenir.

 » Les menaces vides de déclin géré sont inutiles – nous avons montré à plusieurs reprises notre engagement en faveur de discussions positives et sommes impatients de travailler en étroite collaboration avec le maire pour conclure un accord équitable qui équilibre les besoins de Londres et les intérêts des contribuables britanniques.

« Nous ne mènerons pas ces discussions par le biais des médias. »

Un porte-parole de TfL a ajouté:  » La reprise du Royaume-Uni après la pandémie dépend d’une reprise de Londres et cela a besoin d’un réseau de transport correctement financé dans la capitale.

«Nous sommes impatients de travailler en partenariat avec le gouvernement pour préserver la reprise et convenir d’un accord de financement à plus long terme alors que nous nous efforçons d’atteindre la viabilité financière d’ici avril 2023.

«Notre accord de financement à court terme actuel expire le 11 décembre et nous devons planifier une gamme de résultats potentiels au-delà de ceux définis par notre comité des finances.

« Nous attendons avec impatience le début des discussions avec le gouvernement. »

Contactez notre équipe de presse en nous envoyant un e-mail à webnews@metro.co.uk.

Pour plus d’histoires comme celle-ci, consultez notre page d’actualités.

Share