in

La lumière d’un trou noir est détectée pour la première fois dans l’histoire : Einstein avait raison | La technologie

Le physicien allemand a prédit dans sa théorie de la relativité générale qu’à la fin des trous noirs il y aurait de la lumière, ce que jusqu’à présent n’avait pas pu prouver et que cette découverte pourrait confirmer après plus de 100 ans d’attente.

Pour la première fois, des astrophysiciens ont détecté de la lumière provenant de l’autre côté d’un trou noir. Ceci, qui était censé être possible grâce à Albert Einstein, n’avait pas encore été directement observé.

La découverte est venue quand une équipe de chercheurs a inspecté les éruptions coronales produites par le trou noir supermassif I Zwicky 1.

Au cours des observations, les scientifiques ont découvert que certains des rayons X produits par les fusées éclairantes ont été réfléchis de l’autre côté du disque du trou noir, courbé autour de l’objet par son champ gravitationnel.

Ce serait différent de la lentille gravitationnelle, dans laquelle notre vision d’un objet distant est déformée lorsque la lumière est courbée autour d’un objet massif.

Dans ce cas, La lumière des rayons X de l’éruption coronale s’est réverbérée de l’autre côté du trou noir, s’incurvant autour de celui-ci et retournant vers les télescopes des chercheurs. L’analyse de l’équipe a été publiée hier dans la revue Nature.

Dan Wilkins, astrophysicien à l’université de Stanford, explique que la lumière qui entre dans un trou noir n’en sort pas, nous ne devrions donc rien voir derrière le trou noir, d’où l’importance de la trouvaille.

Et c’est que les trous noirs sont si intenses du point de vue gravitationnel que même la lumière ne peut s’en échapper une fois absorbée. La matière tombant dans les trous noirs est balayée par des forces intenses, créant une soupe de plasma surchauffé et magnétisé.

La NASA a montré le télescope le plus puissant au monde, un outil qui nous permettra d’explorer l’espace lointain d’une manière impossible à ce jour. Il s’agit du James Webb, un télescope qui remplacera Hubble.

Ce plasma donne naissance à des champs magnétiques. Et lorsque ces champs magnétiques se forment et convergent, ils déclenchent des éruptions lumineuses à la périphérie du trou.

L’idée que la gravité intense des trous noirs pourrait courber la lumière autour d’eux a été proposée par Einstein, mais jusqu’à présent la technologie n’avait pas été en mesure de le prouver empiriquement.

Le télescope X-ray Multiple Mirror Mission (XMM-Newton) de l’Agence spatiale européenne et le télescope NuSTAR de la NASA ont été les outils qui ont réussi à observer les éruptions de rayons X brillants. un trou noir de 29 millions de kilomètres de large, tourbillonnant à environ 800 millions d’années-lumière de la Terre.

La surprise est que lorsqu’ils ont découvert les rayons, ils ont également détecté de petites répliques, indiquant que le deuxième tour était un écho des sursauts précédents, qui se sont réfléchis à l’arrière du trou noir. Confirmant ainsi qu’une fois de plus, Einstein avait raison.

Hockey | Jeux Olympiques : l’Espagne fait un pas de géant vers les quarts de finale à Tokyo

Un garçon de 14 ans perd son premier match de FIFA 21 après 535 victoires consécutives