La montonera causée par une action amateur et criminalisée

27/06/2021 à 18:55 CEST

Tout a commencé lorsque l’équipe de la DSN a déposé une plainte demandant la responsabilité de la chute et l’abandon de son couloir Jasha Sütterlin. La gendarmerie du Finisterre a été contrainte d’ouvrir une enquête pour identifier la jeune fille à l’origine de l’accident dans lequel de nombreux coureurs du Tour ont été impliqués ; quelques images qui ont déjà fait le tour du monde.

Un téléphone a même été activé et une assistance citoyenne a été demandée pour pouvoir localiser le coupable de la montonera qui peut être accusé d’un crime pour avoir causé des blessures involontaires entraînant un arrêt de travail. En effet, avec la plainte, le groupe allemand DSN a demandé une responsabilité civile pour prendre en charge les dépenses dérivées du temps où ils ne pourront pas compter sur les services de leur courtier.

De même, la direction du Tour a appelé au calme et surtout au respect du peloton aux spectateurs qui sont revenus cette année dans les gouttières après les restrictions de 2020 dues à la pandémie.

Le couloir catalan, Marc Soler, l’un de ceux touchés par l’imprudence du spectateur, s’est rendu hier à Barcelone, avant de se rendre à Pampelune pour subir un examen à la Clinique universitaire de Navarre, où Movistar soigne habituellement les coureurs blessés. En principe, la chute qui a causé des fractures aux deux bras ne nécessite pas de chirurgie, donc la récupération de Soler devrait être rapide et le cycliste peut être prêt pour la Vuelta.

L’une des raisons pour lesquelles il n’a pas abandonné après une chute était qu’au Giro, il est descendu de son vélo et a quitté la course avec douleur mais sans fractures, puis il a regretté de ne pas avoir tenu un peu plus longtemps pour essayer de continuer dans la course. C’est pourquoi il a été fait 46 kilomètres avec les deux bras cassés.

Share