La Norvège exclut le Royaume-Uni et cesse de délivrer des licences de pêche aux pêcheurs britanniques | Politique | Nouvelles

Les pourparlers avec la Norvège visant à mettre fin à un accord ont échoué en avril, sans aucune perspective d’accord avant 2022. Maintenant, le ministre norvégien de la Pêche, Odd Emil Ingebrigtsen, a déclaré que les licences pour les navires britanniques avaient cessé d’être délivrées jusqu’à ce qu’un nouvel accord soit conclu entre Londres et Oslo. .

Il a également annoncé que la Norvège avait fixé son propre quota de maquereau à 298 299 tonnes pour 2021.

En l’absence d’accord avec le Royaume-Uni, la Norvège peut fixer ses propres quotas et tarifs.

Dans une déclaration faite aujourd’hui, M. Ingebrigtsen a déclaré qu’il « regrettait » qu’il n’ait pas été possible d’obtenir un accord pour le maquereau ou les quotas de pêche.

Dans un communiqué, il a ajouté : « Du côté norvégien, nous continuerons à travailler pour un accord qui englobe tous les États côtiers.

« Les négociations sur la gestion du stock de maquereau à partir de 2022 devraient reprendre à l’automne. »

Les chefs de pêche norvégiens ont affirmé que le Royaume-Uni adoptait une ligne dure dans les négociations sur la pêche.

Audun Maråk, directeur de l’association industrielle Fiskebåt, a également affirmé que le Royaume-Uni tentait « d’envoyer la facture du Brexit à la Norvège et aux pêcheurs norvégiens » en adoptant la ligne dure.

Express.co.uk comprend que la ministre de la Pêche Victoria Prentis a déclaré aux députés lors d’une récente réunion qu’il n’y aurait « aucune négociation pour le reste de cette année ».

LIRE LA SUITE: les députés se retournent contre les États membres alors qu’un projet surprise en petits caractères fait dérailler

Mme Hardy a ajouté: « Alors que le Royaume-Uni se lançait dans sa nouvelle identité d’État côtier indépendant, on promettait au pays une mer d’opportunités qui s’est avérée n’être qu’un étang stagnant. »

En réponse, un porte-parole du ministère de l’Environnement, de l’Alimentation et des Affaires rurales a déclaré: « Nous avons toujours été clairs sur le fait que nous ne conclurons des accords que s’ils sont équilibrés et dans l’intérêt de l’industrie de la pêche britannique, contrairement aux accords précédents de l’UE qui étaient très déséquilibrés et non dans l’intérêt général du Royaume-Uni.

«Nous avons présenté une offre équitable à la Norvège sur l’accès aux eaux britanniques et l’échange de quotas de pêche.

« Bien qu’ils n’aient pas abordé cette question, la Norvège continue d’être un partenaire clé et nous continuerons à travailler avec eux au cours de l’année. »

Share