in

La nouvelle loi de l’État interdit désormais les mandats d’arrêt et limite la militarisation de la police ⋆ 10z viral

par Matt Agorist, The Free Thought Project :

Olympia, WA – (TAC) Cette semaine, une loi entre en vigueur dans l’État de Washington qui interdit les mandats d’arrêt et limite la capacité des organismes d’application de la loi des États et locaux à acquérir certains équipements militaires des programmes fédéraux.

Le représentant Jesse Johnson (D-Federal Way) a déposé le projet de loi 1054 (HB1054) en janvier. La nouvelle loi apporte de nombreuses réformes policières et comprend des dispositions interdisant les mandats d’interdiction de frapper et limitant le type d’équipement militaire que la police peut obtenir par le biais de programmes fédéraux.

La Chambre a approuvé la version finale du HB1054 par 55 voix contre 42. Le Sénat a adopté le projet de loi 28-20. Avec la signature du gouverneur Jay Inslee, la loi est entrée en vigueur le 25 juillet.

LA VÉRITÉ VIT sur https://sgtreport.tv/

MILITARISATION POLICIÈRE

La nouvelle loi interdit aux organismes d’application de la loi étatiques et locaux d’acquérir ou d’utiliser des « équipements militaires ». La loi définit ce qui suit comme « équipement militaire ».

armes à feu et munitions de calibre .50 ou plus mitrailleuses hélicoptères armés drones armés ou blindés navires armés véhicules armés aéronefs armés chars d’appels acoustiques à longue portée roquettes lance-roquettes baïonnettes grenades missiles systèmes à énergie dirigée armes à spectre électromagnétique

Une interdiction des véhicules anti-mines protégés contre les embuscades (MRAP) dans la version originale de la Chambre a été modifiée par le projet de loi au Sénat.

La législation s’applique à la fois au programme bien connu 1033, ainsi qu’à tout autre programme de surplus militaire géré par le gouvernement fédéral, ainsi qu’aux programmes fédéraux qui financent l’acquisition d’équipement militaire excédentaire.

Tout organisme d’application de la loi en possession d’équipement militaire à la date d’entrée en vigueur de la loi doit restituer l’équipement à l’agence fédérale auprès de laquelle il a été acquis, ou détruire l’équipement avant le 31 décembre 2022.

Bien que la promulgation de HB1054 ne mettra pas fin à la militarisation des flics locaux, elle gardera certaines armes dangereuses hors des mains des policiers.

Surplus fédéral et subventions

La police peut obtenir des armes de qualité militaire via un certain nombre de programmes fédéraux, y compris le programme 1033, et via le Department of Homeland Security via le (DHS) «Homeland Security Grant Program». Le DHS distribue chaque année plus d’un milliard de dollars de fonds antiterroristes à la police nationale et locale. Selon un rapport du Sénat de 2012, cet argent a été utilisé pour acheter des véhicules tactiques, des drones et même des chars avec peu d’avantages évidents pour la sécurité publique. Et, selon ProPublica, « En 1994, le ministère de la Justice et le Pentagone ont financé un programme de cinq ans pour adapter la sécurité militaire et la technologie de surveillance aux services de police locaux qu’ils n’auraient autrement pas pu se permettre.

En août 2017, le président Trump a publié un décret exécutif qui a donné une impulsion à la militarisation de la police locale. L’action de Trump a annulé une politique de l’ère Obama destinée à assurer une plus grande transparence et une plus grande surveillance du programme 1033 du ministère de la Défense et d’autres ressources fédérales qui fournissent des armes militaires à la police locale. Biden aurait rétabli la politique d’Obama, mais ce n’était rien de plus qu’une façade. Dans la pratique, l’OE d’Obama n’a pas fait grand-chose pour endiguer le flux d’équipements militaires vers les organismes d’application de la loi des États et locaux.

Lire la suite @ TheFreeThoughtProject.com

Code de l’insolvabilité et de la faillite : la nouvelle voie vers les fusions et acquisitions

Boxe | Jeux Olympiques : l’affirmation de Gabriel Escobar : “Nous avons besoin que les gens investissent de l’argent dans la boxe”