la polémique derrière la suppression du clip vidéo de J Balvin et Tokischa sur YouTube – Las Noticias de Chihuahua – Entrelíneas

Le joueur de reggaeton colombien José Álvaro Osorio Balvín, mieux connu sous le nom de « J Balvin », et le rappeur dominicain Tokischa Altagracia Peralta, sont restés au centre de la controverse après que leur dernier clip vidéo a été retiré de YouTube après la protestation en colère des utilisateurs qui le pointent pour avoir des images qui promeuvent la misogynie, le machisme, l’esclavage, le sexisme et le langage obscène.

La chanson controversée, intitulée ‘Perra’, peut encore être entendue sur YouTube dans sa version audio officielle, où elle compte déjà plus de 14 000 réactions négatives et des milliers de critiques, qui soulignent que les paroles sont dirigées de manière désobligeante contre les femmes.

Dans la pièce audiovisuelle, qui avait été publiée en septembre, l’artiste reggaeton a deux femmes noires attachées avec des chaînes, qui sont constituées de nez et d’oreilles de chien, et se déplacent en imitant des animaux à quatre pattes.

La semaine dernière, la vice-présidente et ministre des Affaires étrangères de Colombie, Marta Lucía Ramírez, et la conseillère présidentielle pour l’équité des femmes, Gheidy Gallo Santos, ont publié une « lettre ouverte aux autorités et au pays » pour exprimer leur rejet de la production musicale où Balvin « utilise des images de femmes et de personnes d’ascendance africaine – des groupes de population bénéficiant d’une protection constitutionnelle spéciale – attachées avec des chaînes au cou, rampant sur le sol comme des animaux ou des esclaves. »

Dans la lettre, en plus de rejeter le clip vidéo, ils ont exigé des « actions de réponse fermes » contre ce type de matériel, « car ils reproduisent, incitent et justifient la violence à l’égard des femmes en promouvant la violation de leurs droits, les atteintes à leur dignité et la normalisation de postures ou d’imaginaires dénigrants qui intériorisent, dévalorisent et réifient leur corps et le montrent comme un objet possédé par les hommes ».

« Nous invitons publiquement le chanteur ‘J Balvin’ et l’industrie de la musique et du disque à signer un pacte qui comprend divers engagements pour la promotion des droits des femmes dans la musique et la prévention de la violence à leur encontre, un scénario dans lequel nous espérons compter avec l’Externado de Colombia et d’autres universités dont les travaux ont été mis en évidence sur le sujet », souligne la lettre, où ils exhortent également le bureau du procureur colombien à ouvrir une enquête.

Critique dans les réseaux
Dans les commentaires sur YouTube, un grand nombre d’utilisateurs ont répudié le message, le ton et les images de la vidéo, et ont ironisé sur la « fierté » qu’ils pouvaient ressentir dans ce thème musical de la part des membres de la famille de J Balvin. .

« Félicitations José, ta mère doit se sentir satisfaite du gentleman d’un fils qu’elle a », a écrit une utilisatrice identifiée comme María Victoria Sánchez. Un autre commentateur, Abel Linares Mamani, a ajouté : « Les artistes ont aujourd’hui beaucoup d’influence dans la société, le fait qu’ils normalisent cette façon de s’exprimer, c’est mal.

Gabriela Villadiego Borre, pour sa part, a estimé que les paroles sont « tellement dégradantes » car elles surviennent dans un contexte où « les femmes continuent de se battre de plus en plus pour l’égalité de traitement, dans laquelle elles sont respectées pour leur intelligence et pour leurs qualités ». « Cette chanson fait souffrir les autres, quelle honte ! ».

L’utilisateur Andreick Bohorquez Roa a également dénoncé que le numéro ne montre que comment les personnes d’ascendance africaine sont dénigrées, en les plaçant comme des victimes du racisme et de l’esclavage.

En attendant, Joël Méndez a assuré que J Balvin ne changera pas d’attitude, même s’il s’excuse pour le contenu du clip vidéo. « Juste après JB : excusez-vous auprès de ses fans, ses followers le croient et il ne s’est rien passé. »

Sur Twitter, une utilisatrice identifiée comme Laura Hernández a répondu à un message publié en août par le reggaeton pour promouvoir la chanson : « J’aime J Balvin et je suis dominicain. Mais je ne peux pas approuver les paroles de cette chanson. Je m’étonne que José se soit prêté à ces paroles dégoûtantes. Désolé, mais il est temps pour nous de faire respecter notre image aux Dominicains ».

Pour le moment, ni Balvin ni Tokischa n’ont réagi à la polémique après la suppression de l’audiovisuel et n’ont pas répondu aux milliers de critiques formulées par les utilisateurs.

Source : RT

Share