La Police intervient dans l’Atlantique sur un voilier avec 5 200 kilos de cocaïne

18/10/2021 à 16h58 CEST

PE

Des agents de la police nationale sont intervenus dans l’Atlantique, dans une opération conjointe avec la police judiciaire du Portugal, un voilier avec 5 200 kilogrammes de cocaïne, la plus grande appréhension à ce jour de cette substance narcotique à bord d’un bateau de ce type.

Trois personnes ont été interpellées lors de cette opération, parmi eux un batelier éminent et bien connu qui était à la recherche et à la capture d’un autre transport de cocaïne qui a été contrecarré en mars de l’année dernière. Il s’agit de Président Carlos Otero, selon des sources policières.

Il était accompagné de deux autres personnes qui, bien qu’elles n’aient pas de casier judiciaire, étaient connues des enquêteurs de la Police nationale pour leurs relations étroites avec les membres de l’un des groupes de bateliers les plus importants de la Ría de Arousa, en Galice.

Le voilier est drapeau espagnolLui, mesurait 23,44 mètres de long, mais afin d’éviter son identification, les trafiquants de drogue lui avaient donné un faux nom et un faux drapeau.

Après leur identification, une équipe d’assaut de la marine portugaise est intervenue le 16 octobre, accompagnée d’agents de la police nationale d’Espagne et de la police judiciaire du Portugal, est montée à bord du bateau, trouvant sur le pont une vue déjà simple un nombre important de balles similaires à celles habituellement fabriquées pour le transport de la cocaïne.

Des enquêtes policières ont commencé plus tôt cette année sur une organisation multinationale prétendument dédiée à l’exportation de grandes quantités de cocaïne de Colombie et du Venezuela vers l’Europe. Selon la police nationale, ils l’ont fait en utilisant des bateaux de plaisance, notamment des yachts et des voiliers.

Dans ce processus d’enquête, il a été possible d’identifier non seulement ceux qui ont effectué le stockage et l’exportation du stupéfiant d’Amérique du Sud, mais également ceux qui ont distribué les drogues qu’ils ont reçues d’Espagne et du Portugal vers l’Europe.

Début août, le Centre d’analyse et d’opérations maritimes sur le trafic de drogue (MAOC) a fourni des informations sur le voilier qui allait prochainement effectuer le transport.

En amont des investigations, il était possible de savoir, déjà en septembre, que le voilier avait entamé le voyage de retour vers l’Espagne, abritant un chargement inhabituel de cocaïne qui allait destiné aux clients qui l’avaient acheté à l’origine et qui avaient le « go-fast » dans le sud de la péninsule ibérique, prêt à le récupérer aux coordonnées atlantiques qui lui sont stipulées.

L’immatriculation du voilier a permis l’intervention de plus de 5 200 kilogrammes de cocaïne, montant inhabituel à ce jour et qui met en évidence le potentiel des organisations impliquées dans l’opération.

Parmi les effets intervenus, la dernière génération de systèmes de communication et d’inhibition de fréquence se distingue, qui a assuré la sécurité de chacune des manœuvres illégales que les membres d’équipage ont dû effectuer depuis le début du voyage. Afin d’éviter d’identifier le bateau, les trafiquants de drogue lui avaient donné un faux nom et un faux pavillon pour camoufler leur action criminelle.

Share