La règle de pénalité «anti-embarras» du moteur «mord toujours» Mercedes durement

Toto Wolff dit que l’appel de la F1 à pénaliser un quatrième changement d’ICE par une baisse de 10 places sur la grille, puis seulement cinq pour le suivant, est un « règlement anti-embarras » de l’époque Honda.

Mais c’est toujours celui qui « mord » Mercedes durement cette saison.

Après des années à avoir le moteur le plus fiable et le plus puissant sur la grille, cette saison, Mercedes a toujours du mal avec le premier, bien qu’elle ait toujours un avantage en termes de performances.

Lewis Hamilton en est à son quatrième ICE de cette saison, prenant une pénalité en Turquie car chaque voiture n’a droit qu’à trois moteurs à combustion interne avant qu’il n’y ait une chute de 10 places sur la grille.

Son coéquipier, Valtteri Bottas, en est déjà à son sixième ICE, le Finlandais faisant les frais des problèmes de moteur de Mercedes. Son premier lui a valu une chute de 10 places sur la grille, mais les numéros cinq et six ne valaient que cinq places chacun.

Wolff a expliqué que c’était à cause d’un « règlement anti-embarras » de l’époque où Honda, équipant McLaren à son retour en F1, avait des pénalités de plus de 100 places.

« Je pense que c’est probablement comme la vieille Honda où vous êtes dans une situation et ça va terriblement mal et vous devez changer des pièces de moteur ou des unités de puissance complètes, alors vous ne devriez pas être pénalisé à chaque course pour aller à l’arrière de la grille ou perdre 10 places », a-t-il déclaré selon GPFans.

« C’est donc presque une réglementation anti-embarras et je pense que ça va. »

Cela, cependant, ne veut pas dire que cela ne fait pas de mal à Mercedes cette saison.

« De toute évidence, nous devons examiner cela », a poursuivi Wolff, « comment nous le ferons à l’avenir, mais cela nous mord durement cette année. »

Mais même si Mercedes, et surtout Bottas, ressentent la douleur, l’Autrichien estime que le système de pénalité de grille fonctionne.

Il a été question dans le passé de le changer afin que les pilotes ne soient pas pénalisés et que l’équipe perde des points au championnat des constructeurs.

Wolff doute que cela ne suffise pas à dissuader les motoristes de produire des moteurs rapides mais peu fiables, ce qui augmenterait les coûts.

« Je pense que le système de pénalité sur les unités motrices est assez robuste », a-t-il déclaré.

« Ce que nous devons éviter, c’est de construire des unités de puissance qui, d’une certaine manière, ne fonctionnent que pour quelques courses.

« Si vous modifiiez le règlement d’une certaine manière et disiez qu’il n’y avait pas de pénalité de grille pour les pilotes, mais seulement [the loss of] Pour les constructeurs, cela signifierait toujours que si vous vous battez pour le championnat des pilotes, vous ne feriez que lancer des moteurs sur cette voiture.

« Si nous trouvons de bonnes solutions, cela vaut vraiment la peine d’y réfléchir parce que je suis d’accord, c’est déroutant pour les nouveaux fans car, au-delà de la responsabilité d’un pilote, le met en fond de grille ou à cinq places, et ce n’est clairement pas super.

« Mais je n’ai pas les solutions.

Share