in

La reine a-t-elle « approuvé » le briefing de ses assistants sur le nom du prince Harry et Lilibet ? 10z viral

Si les commentateurs royaux venaient de dire que «à leur avis», il était en quelque sorte, inexplicablement impoli que le duc et la duchesse de Sussex aient nommé leur bébé Lilibet, je ne pense pas qu’il y aurait eu un problème juridique. Cela aurait été méprisable, sans aucun doute. Il aurait été étrangement méchant d’attaquer un couple qui vient d’accueillir leur fille au monde. Mais les Sussex n’auraient pas impliqué leurs avocats s’il n’y avait eu qu’Angela Levin qui crachait du feu lors d’émissions matinales britanniques sur la façon dont Harry “manquait de respect à la reine”. Les Sussex auraient simplement continué à faire ce qu’ils faisaient déjà : dire à Omid Scobie et People Magazine qu’ils avaient parlé à la reine du nom de Lilibet Diana, et qu’Harry avait fait une vidéoconférence avec sa grand-mère lorsqu’ils ont ramené le bébé à la maison. Cela aurait été simple.

Mais ce n’est pas ce qui s’est passé. Les gens étaient vraiment salés à l’intérieur de Buckingham Palace et, je suppose, de Clarence House. Ma théorie est toujours que la reine a parlé à Harry et qu’ils parlent assez souvent, et que la reine en parle rarement à ses assistants et courtisans. Et parce que tout ce qui concerne la monarchie britannique est un spectacle de clowns complet, les courtisans ont décidé d’aller de l’avant et de dire à la BBC que le prince Harry n’avait manifestement “pas consulté” la reine au sujet du nom de Lilibet. Le Daily Beast souligne que les « sources du palais » ont été agitées et tentent d’en faire une histoire depuis dimanche, essentiellement :

Le prince Harry et Meghan Markle ont insisté sur le fait qu’ils avaient demandé la bénédiction de la reine pour nommer leur enfant Lilibet, le surnom d’enfance du monarque, après que des sources du palais ont informé les journalistes britanniques qu’ils avaient fait l’annonce sans obtenir la permission de la reine.

Les avocats agissant au nom des anciens membres de la famille royale ont émis une menace légale après la publication de la plainte par la BBC. Une source dans un journal britannique a déclaré au Daily Beast qu’un rare avertissement juridique avait été envoyé aux journaux leur conseillant de ne pas répéter l’allégation selon laquelle Harry et Meghan avaient nommé leur deuxième enfant après la reine Elizabeth sans lui demander d’abord.

Les Sussex ont été poussés à faire une intervention officielle après que le programme d’information phare de BBC Radio 4 sur le petit-déjeuner a déclaré mercredi dans son bulletin de 6h30 que la BBC avait appris à Harry et Meghan “n’a pas consulté la reine au sujet de l’utilisation de son surnom d’enfance Lilibet pour leur bébé … une source de Buckingham Palace dit qu’elle n’a jamais été interrogée à ce sujet. Le briefing clé a apparemment été donné au correspondant royal de la BBC, Jonny Dymond. Le rapport de Dymond correspondait à un rapport du week-end dans le Times qui disait que la reine avait simplement été « informée » du choix du nom plutôt que d’avoir demandé explicitement sa permission.

En effet, il ressort de la propre déclaration du couple qu’ils n’ont demandé la bénédiction de la reine qu’après la naissance de l’enfant, ayant déjà décidé du nom qu’ils voulaient lui donner. Le porte-parole du couple a déclaré: “Le duc a parlé avec sa famille avant l’annonce, en fait sa grand-mère a été le premier membre de la famille qu’il a appelé. Au cours de cette conversation, il a partagé leur espoir de nommer leur fille Lilibet en son honneur. Si elle n’avait pas soutenu, ils n’auraient pas utilisé le nom.

Des rumeurs sur le mécontentement supposé de la reine avec le nom ont circulé pendant plusieurs jours, ainsi que des histoires selon lesquelles le palais aurait été aveuglé par l’annonce de la naissance, car il a fallu plus d’une heure et demie au palais de Buckingham pour publier une déclaration officielle de félicitations.

[From The Daily Beast]

Alors maintenant, c’est un argument sémantique sur la différence entre « consulter » par rapport à « demander la permission » par rapport à « demander ». Le fait est que le rapport initial de la BBC était assez noir et blanc : les Sussex « n’ont pas consulter la reine à propos de l’utilisation de son surnom d’enfance Lilibet pour leur bébé… une source de Buckingham Palace dit qu’elle était jamais demandé à propos de ça.” C’est pourquoi les avocats de Harry à Schillings ont proféré des menaces de diffamation contre la BBC. Comme l’a noté le Daily Mail :

Le reportage de la BBC sur la position du palais et la réaction enflammée de Harry implique que les deux parties pensent qu’elles disent la vérité sur la question. Cela suggère que Harry et Meghan auraient pu informer le nom de la reine de Lilibet avant de considérer le non-déni de Sa Majesté comme un consentement. D’un autre côté, les briefings du palais semblent laisser entendre que la reine a estimé qu’on lui avait présenté la décision du couple et qu’on lui avait demandé de l’approuver par tampon, plutôt que de donner la permission.

Malgré la ferme condamnation par Harry du reportage de la BBC sur Lilibet aujourd’hui, Buckingham Palace a refusé de dire si l’histoire était vraie lorsqu’elle a été approchée par MailOnline. L’assistant derrière la fuite de Palace à la BBC est inconnu, bien qu’on pense qu’il s’agit d’un haut fonctionnaire. Il n’est pas non plus clair si la reine était au courant du commentaire, bien qu’il soit considéré comme presque sans précédent pour le monarque de ne pas approuver les citations de hauts fonctionnaires, même s’il s’agit de briefings anonymes.

[From The Daily Mail]

« Il est considéré comme presque sans précédent pour le monarque de ne pas approuver les citations de hauts fonctionnaires… » Oh. Donc, ces mêmes assistants sont maintenant à l’aise de jeter la reine sous le bus, hein ? Ils disent qu’elle a implicitement ou explicitement signé leur briefing contre les Sussex, pas seulement cette semaine, mais tout au cours des quatre dernières années ?

Le fait est que je n’ai aucun doute qu’il y a des hauts fonctionnaires du palais qui sont allés voir Jonny Dymond à la BBC et ont méprisé le prince Harry pour “ne pas avoir demandé à la reine”. Je crois légitimement que tant de ces histoires horribles et louches commencent de cette façon, avec des assistants du palais informant les journalistes des questions familiales internes. Je peux tout à fait comprendre pourquoi Dymond l’a signalé comme il l’a fait. Le problème n’est pas son rapport, c’est le fait que les principaux assistants du palais lors du briefing contre les Sussex n’avaient aucune idée de ce que Harry a dit ou n’a pas dit à la reine. Ce qui impose à la reine de soutenir la version de son petit-fils ou de continuer à ne rien dire et de permettre à ses courtisans de bafouer son petit-fils. Ce qui… est très myope de la part des aides du palais. Vous ne voulez jamais mettre votre patron « principal » dans cette position. Quoi qu’il en soit, un spectacle de clowns f-king complet, mais nous le savions.

Photos avec l’aimable autorisation d’Avalon Red, Backgrid.

Brexit news: l’acolyte de Macron admet qu’il s’inquiète de la menace du Brexit entre l’UE et le Royaume-Uni | Politique | Nouvelles

La demande pour cet hybride sature Land Rover | Moteur