in

La reine Elizabeth reçoit en audience virtuelle le nouveau gouverneur du Canada

Simon, 73 ans, remplace Julie Payette, qui a été forcée de démissionner au milieu d’accusations de harcèlement au travail et d’autres inconduites, et sera le 30e gouverneur général du pays. Au cours de l’audience virtuelle, la reine Elizabeth d’Angleterre a décerné à Simon les honneurs de compagnon extraordinaire du Ordre du Canada, Commandeur extraordinaire de l’Ordre du mérite militaire et Commandeur de l’Ordre du mérite des corps policiers.

Le Canada est une monarchie constitutionnelle dont les chefs d’État sont nominalement détenus par le monarque britannique, qui délègue ses fonctions au gouverneur général. Le premier ministre du Canada est celui qui propose à la reine le nom de la personne qui occupera le poste.

Bien que la nomination de Simon ait d’abord été applaudie comme un geste de réconciliation avec la population autochtone du pays à un moment où les abus systématiques subis par les Autochtones dans les pensionnats gouvernementaux commençaient à se répandre largement, son élection a été critiquée par la communauté francophone du Canada.

Simon est un Inuk, l’un des groupes inuits né dans la ville de Kangiqsualujjuaq, dans le nord de la province francophone du Québec, fille de Nancy May, une femme inuite, et de Bob Mardon May, un anglo-canadien qui travaille Pour la Compagnie de la Baie d’Hudson, Simon parle l’anglais et l’inuktitut, une des langues inuit, mais pas le français, même si c’est la seule langue officielle de la province de Québec.

Historiquement, l’une des exigences des gouverneurs généraux est de maîtriser les deux langues officielles du Canada, l’anglais et le français, c’est pourquoi la nomination de Simon a suscité des inquiétudes dans la communauté francophone.