La République tchèque punit les Pays-Bas pour indolence

27/06/2021 à 19:59 CEST

La première grosse bombe de l’Euro Cup a explosé à Budapest : les Pays-Bas ont été exclus du tournoi après avoir été largement surclassés par la République tchèque, une équipe plus anonyme mais très bien travaillée qui s’est imposée avec beaucoup d’ordre, beaucoup de travail et deux buts en seconde période.

NED

TCHÈQUE

Pays Bas

Stekelenburg, Dumfries, De Vrij, De Ligt, Blind (Timber, 81′), Van Aanholt (Berghuis, 81′), Wijnaldum, De Jong, De Roon (Weghorst, 73′), Depay et Malen (Promes, 56′) .

République tchèque

Vaclik, Coufal, Celustka, Kalas, Kaderabek, Holes (Kral, 84′), Soucek, Masopust (Jankto, 79′), Barak (Sadilek, 90+2), Sevcik (Hzolek, 84′) et Schick (Krmencik, 90 +2).

Buts

0-1, min. 67 : Trous, avec une tête, d’un coin. 0-2, min. 79 : Schick termine une contre-attaque.

Arbitre

Sergueï Karasev (Russie). Jaune à Coufal (55′), Dumfries (80′), De Jong (83′). Direct rouge à De Ligt (52′).

Incidents

Match des huitièmes de finale de l’Euro 2020, joué à la Puskas Arena de Budapest.

L’équipe « oranje » n’avait rien à voir avec celle qui avait remporté les trois matches de la phase de groupes. C’était une équipe plate, prévisible et lente, une proie trop facile pour un adversaire moins talentueux, mais qu’il a joué avec ordre et idées claires, suffisamment d’arguments pour rencontrer le Danemark en quart de finale.

Il n’y avait aucune trace des Pays-Bas offensifs et électriques qui ont laissé de si bons sentiments à Amsterdam. Il n’a guère généré de danger, au-delà d’une certaine approche de Dumfries par la voie de droite, et aucune nouvelle de Memphis, De Jong ou Wijnaldum, les chefs d’équipe.

La République tchèque, pour sa part, a appliqué sa feuille de route à la perfection : d’abord, elle a annulé les meilleurs hommes de l’« oranje ». Et quand il l’avait à portée, il n’avait aucune pitié. On comptait aussi sur l’expulsion de De Ligt pour finir de casser le match.

De Jong, annulé

Soucek a tenté d’annuler De Jong et de profiter d’une arrivée de la deuxième ligne (il était sur le point de marquer d’une tête en milieu de première mi-temps), tandis que Masopust et Barak tentaient d’embarrasser la défense des Pays-Bas avec plus de volonté que de succès.

La peur s’est emparée des deux équipes dès le premier acte : les Pays-Bas étaient trop prévisibles et la République tchèque trop prudente. Seul Dumfries, l’un des grands talents de l’Eurocup, a tenté de casser le jeu dans le bon sens.

Quelques mètres derrière De Ligt était le pilier défensif des « oranje », couvrant toutes les approches de l’adversaire, jusqu’à ce qu’au début de la seconde mi-temps il devienne un protagoniste involontaire du jeu.

Memphis, quant à lui, était bien couvert par les centrales tchèques. Malgré tout, il fait partie de ces joueurs qui savent gagner leur vie. Il a essayé encore et encore, mais trop loin du but et peu fluide dans la connexion avec ses coéquipiers.

Le coup décisif du match

La deuxième partie a commencé électrique, avec une occasion très nette de Malen, qui se tenait seul devant Vaclik après une passe brillante. Au moment de vérité, seul devant le but tchèque, la lumière s’est éteinte. Malen n’imaginait pas que cette erreur serait le début de la fin de l’Eurocup pour son équipe..

De Ligt; trébucher, main et expulsion

Immédiatement après, de Ligt a trébuché en essayant de ralentir l’avance de Schick. Frapper le ballon avec sa main et l’arbitre, après l’avoir consulté dans le VAR, il lui a montré le rouge direct, interprétant qu’il s’agissait d’une opportunité de marquer évidente. Cette décision arbitrale a absolument changé le scénario du match.

De Boer a retouché l’équipe sans trop réfléchir : il a sacrifié Malen, le plus mobile de l’attaque, pour entrer à Promes. En défense, Dumfries était beaucoup plus forcé, avec Blind et De Vrij comme seuls centraux.

Le script du jeu n’a pas trop changé, bien que la République tchèque ait gagné en confiance et en foi. Hollande a eu du mal à assimiler le coup. A tel point qu’elle vécut quelques minutes dans un état second, regardant le banc à la recherche d’un « plan B ».

Alerte rouge sur la vitesse orange

Kaderabek a progressé grâce à sa bande sur 65′ pour profiter d’une occasion très claire, dans un tir qui ressemblait à un but, avec Stekelenburg presque battu. L’omniprésent et exubérant Dumfries est venu à la rescousse pour sauver son équipe. Les feux rouges étaient allumés sur l’équipe orange.

Surtout quand à la sortie d’un corner il a concédé le 0-1 : Stekelenburg a échoué à la sortie et Wijnaldum au marquage. Le ballon est passé du deuxième au premier poteau, où Houles a terminé, absolument seul. Les Tchèques ont célébré comme s’ils étaient entrés en finale. Ce n’était pas pour le bas.

Aucune capacité de réaction

Loin de réagir, les Pays-Bas étaient allongés sur la toile. Les Tchèques, plus rapides, plus forts et plus déterminés, ont joué le jeu.

Ils l’ont liquidé contre, quand Schick, le meilleur Tchèque du tournoi, a tiré au premier poteau pour finir de noyer les Pays-Bas.

Il ne servait à rien que Frank de Boer se mette à bouger sur le banc. Ni Weghorst, ni Berghuis, ni Timber n’ont pu faire quoi que ce soit pour compenser le résultat. De Jong a terminé le match déséquilibré, plus occupé à protester contre l’arbitre qu’à créer le danger, comme un naufragé au milieu de l’océan. Tout ce qui avait été promis par l’équipe ‘oranje’ n’a abouti à rien à Budapest.

Share