La Russe Dina Averina a déshabillé le « vol » des Jeux

27/10/2021 à 20:02 CEST

Les Jeux olympiques de Tokyo entreront dans l’histoire du sport en raison de la pandémie de coronavirus ce qui les obligea à reporter d’un an leur différend et vint pendant de longs mois menacer une annulation qui par moment paraissait sûre et en faveur de laquelle courait une grande partie de la population japonaise.

Finalement l’épreuve olympique a pu se dérouler, bien qu’à huis clos et sans fans étrangers, de sorte que la victoire annoncée sur Covid n’était que symbolique et que la tristesse dominait des compétitions qui, dans d’autres circonstances, auraient été plus excitantes.

Quoi qu’il en soit, dans l’un des « sports rois » des Jeux, il y avait un résultat inexplicable qui a empêché le meilleur gymnaste de la planète, la russe Dina Averina, accroche ton premier or Olympien après presque cinq ans de domination dans tous les appareils.

Cependant, à Tokyo, la gymnaste de Nijni Novgorod s’est heurtée à la dictature des juges, déterminé à provoquer un relais artificiel et exaltant un autre grand gymnaste, l’israélien Lineo Ashram, à la médaille d’or.

Ashram, médaillé des trois précédentes Coupes du monde, a gagné avec 107 800 points en finale olympique et a battu Dina Averina (107 650) et la Biélorusse Alina Hernahsko de 0,150, qui a justement supplanté Arina, la sœur jumelle de Dina (102 100) du podium.

Dina Averina, star de la finale de la Coupe du monde

| .

De la Russie il y avait un cri fort contre ce qui s’est passé et pratiquement tous les experts s’accordent à dire qu’au niveau global les exercices de Dina Averina étaient supérieurs à ceux de Lineo Ashram… mais c’est ce qui peut arriver avec la discipline basée sur les scores.

Avec 13 médailles d’or mondiales et 10 européennes à son palmarès, la Russe de 23 ans, affronte désormais la Coupe du monde à Kitakyushu (Japon), une date à partir de laquelle l’Israélien s’en est sorti de façon surprenante quelques jours avant d’évoquer des enjeux sportifs.

Aussi, les résultats des deux premières finales de ce rendez-vous universel devraient en faire rougir plus d’un. Dina Averina a balayé le panier avec 27 750 points d’avance sur Hernasko (25 950) et l’Italienne Sofia Raffaelli (25 850). Et au ballon avec 29 125, battant sa sœur Arina (27 675) et Harnashko (27 300).

Le Russe est de loin le meilleur gymnaste de la planète et balaye depuis quatre ans, mais à cause de certains juges devra attendre encore trois ans pour se qualifier pour sa première médaille d’or olympique, à Paris 2024.

Share