La Russie joue au poulet avec le Royaume-Uni : des porte-missiles déployés en Méditerranée pour faire pression sur un navire britannique | Monde | Nouvelles

Moscou a envoyé un certain nombre d’avions militaires haut de gamme sur une base en Syrie pour surveiller la trajectoire du porte-avions phare du Royaume-Uni. Cela comprend le nouveau « missile tueur de porte-avions » hypersonique de Vladimir Poutine, trois bombardiers supersoniques Tu-22M3 Backfire et deux chasseurs MiG-31k armés de missiles anti-navires Kinzhal (« dague »). Cela survient après que Moscou a affirmé qu’un navire de patrouille avait tiré des coups de semonce et des bombes près du HMS Defender du Royaume-Uni alors que le navire voyageait près de la Crimée la semaine dernière.

Le HMS Queen Elizabeth effectue un premier déploiement de 28 semaines et navigue actuellement en Méditerranée orientale.

Le navire de la Royal Navy est accompagné de deux destroyers, de deux frégates, d’un sous-marin d’attaque à propulsion nucléaire de classe Astute et de deux navires de soutien.

La Russie a déclaré qu’elle surveillait les mouvements des navires britanniques et avait déployé son nouveau missile Kh-47M2 Kinzhal pour aider à la mission.

L’arme est capable de voler à dix fois la vitesse du son (12 350 km/h ou 7 670 mph) et a une portée d’environ 2 000 km (1 250 miles).

Il peut être armé d’une ogive nucléaire.

Le missile faisait partie de la nouvelle génération d’armes mise en avant par le président Poutine en 2019.

Il a affirmé que la Russie était le premier pays à déployer une arme hypersonique.

Le missile était transporté par deux avions de combat supersoniques Mig-31k qui ont été envoyés à la base aérienne du pays de Khmeimim dans la province côtière syrienne de Lattaquié.

JUST IN: le commerce de l’UE voit une baisse RECORD en raison de la transition et des « difficultés » du Brexit

Une source a déclaré au Sunday Express : « On s’attend à ce que Moscou cherche à faire une déclaration et essaie de rapprocher les combattants du porte-avions. »

Le Royaume-Uni a également assuré au HMS Elizabeth une protection solide, la RAF déployant des avions radar à longue portée pour protéger le navire.

Deux avions d’alerte précoce aéroportés de la RAF AWACS, nommés « Nato 30 » et « Nato 31 », ont été lancés la semaine dernière depuis la RAF Waddington pour assurer un radar « anneau d’acier » autour du porte-avions et de ses escortes.

La forte réaction de Moscou au déploiement opérationnel inaugural par la Grande-Bretagne du transporteur de 3,2 milliards de livres sterling et 65 000 tonnes, est une nouvelle démonstration de force de la part du pays.

La semaine dernière, le ministère russe de la Défense a affirmé avoir tiré deux coups de semonce sur le HMS Defender après que le navire a traversé les eaux contestées à 12 km au large des côtes de Crimée.

Ils ont également affirmé avoir largué des bombes près du destroyer Type-45 de la Royal Navy.

Le ministère de la Défense a contesté la version des événements de Moscou et a déclaré qu’aucun coup de semonce n’avait été tiré.

Le ministère de la Défense a ajouté dans un communiqué : « Nous pensons que les Russes entreprenaient un exercice d’artillerie en mer Noire et ont averti la communauté maritime de leur activité.

« Aucun tir n’a été dirigé sur le HMS Defender et nous ne reconnaissons pas l’affirmation selon laquelle des bombes ont été larguées sur son passage. »

Share