L’agence BTS intente une action en justice contre les créateurs de « publications malveillantes »

BTS service militaire

Crédit photo : 7 Loves in Las Vegas / CC by 2.0

L’agence BTS Hybe a officiellement engagé une action en justice contre les « auteurs de publications malveillantes » ciblant le groupe K-pop le plus populaire d’aujourd’hui.

Hybe (anciennement Big Hit Entertainment), qui a apporté hier une série de changements très médiatisés au niveau exécutif, a récemment détaillé ses actions en justice axées sur les critiques. Selon ce message simple, la société basée en Corée du Sud (et en particulier sa division Big Hit Music) « engage régulièrement des poursuites judiciaires contre les auteurs d’activités malveillantes liées au BTS, notamment des critiques mal intentionnées, la diffusion d’informations sans fondement, le harcèlement sexuel, attaques personnelles et diffamation.

Par conséquent, le document sert de mise à jour sur ces efforts de longue date, par opposition à un avis d’un pivot vers une action en justice, poursuit le texte. L’entreprise a « déposé des plaintes pénales » pour diffamation présumée (en vertu de l’article 70 de la loi sud-coréenne sur la promotion de l’information) et pour insulte (en vertu de l’article 311 de la loi pénale sud-coréenne).

Les nuances de ces plaintes restent floues, et Big Hit Music a relayé à ce sujet que « nous ne pourrons peut-être pas divulguer plus de détails ou commenter les affaires en cours pour garantir que les auteurs peuvent être identifiés et que les enquêtes restent confidentielles ». Cependant, l’entité a également révélé qu’elle menait des actions spécifiquement « contre les auteurs qui se sont livrés à des publications répétées ou à la diffusion de réponses et d’écrits malveillants dépassant les limites de l’expression d’opinions socialement acceptable sur les communautés en ligne, les blogs et les médias sociaux ».

Pour référence, l’article 311 de la loi pénale stipule (selon une traduction du Korea Legislation Research Institute) qu’« une personne qui insulte publiquement une autre sera punie d’une peine d’emprisonnement ou d’une peine d’emprisonnement sans travaux pénitentiaires d’un an au plus ou d’une amende. ne dépassant pas deux millions de won », soit 1 769 $ environ au taux de change actuel. Mais l’article 312, pour sa part, précise que les articles 308 à 311 « ne seront poursuivis que sur plainte ».

Apparemment dans le but de faire comprendre qu’elle poursuit agressivement la diffamation et l’insulte liées au BTS, la filiale de Hybe a indiqué que même une suspension des procédures résultant de l’incertitude quant à l’adresse d’un défendeur n’a pas empêché une action, qui s’est simplement l’agresseur a été nouvellement identifié.

De plus, pour les cas « où la plainte pénale a été clôturée par une condamnation », a poursuivi Hybe/Big Hit Music, « nous avons déposé des poursuites civiles supplémentaires en dommages et intérêts ». Et juste au cas où la menace de poursuites pénales et une poursuite civile potentiellement coûteuse ne suffiraient pas à dissuader les critiques potentiels de BTS de publier en ligne, la société a réitéré en terminant que tous les purs et durs de BTS ARMY sont encouragés « à utiliser le nouveau BIGHIT. Hotline juridique MUSIC », [email protected], « pour soumettre des informations concernant les artistes de BIGHIT MUSIC. »

Share