L’agence présidentielle de l’Ouzbékistan envisage de lever l’interdiction du commerce des crypto-monnaies

L’Agence nationale de gestion de projet du président de la République d’Ouzbékistan (NAFT) envisage de lever l’interdiction du commerce de crypto-monnaie dans le pays. Un rapport a annoncé cette nouvelle le 30 avril, citant un document officiel publié par l’agence. Le document NAFT proposerait plusieurs modifications aux processus d’octroi de licences de négociation de crypto-monnaie.

Dans le document, NAFT a noté que,

Vous recherchez des nouvelles rapides, des conseils et une analyse de marché? Inscrivez-vous dès aujourd’hui à la newsletter Invezz.

Les résidents de la République d’Ouzbékistan ont le droit d’effectuer sur des échanges cryptographiques toutes sortes d’échanges d’échange d’actifs cryptographiques et de jetons pour les devises nationales et étrangères. Le choix des crypto-actifs comme objet d’acquisition et, par conséquent, les conséquences de ce choix sont à la charge de l’acheteur lui-même.

Selon la publication, ces changements sont dus à deux décrets de Shavkat Mirziyoyev, président de l’Ouzbékistan. Le premier a eu lieu le 3 juillet 2018 et porte sur l’introduction de mesures pour développer l’économie numérique en République d’Ouzbékistan. Le deuxième décret date du 2 septembre 2018 et se concentre sur les mesures qui organisent les activités d’échanges cryptographiques en République d’Ouzbékistan.

Adopter une position pro-crypto

Selon les documents NAFT, ces modifications proposées visent également à introduire des procédures d’enregistrement, d’émission et de circulation des monnaies numériques. Cela permettrait aux sociétés de cryptographie agréées dans le pays d’émettre des devises virtuelles. Ces modifications semblent être ouvertes à la discussion jusqu’au 14 mai de cette année.

L’Ouzbékistan a interdit à ses citoyens d’acheter des crypto-monnaies en décembre 2019. Cette interdiction a porté un coup dur à l’espace cryptographique du pays, car les citoyens avaient encore du mal à effectuer des transactions liées à la cryptographie dans le pays avant même son entrée en vigueur. Alors que l’Agence nationale de gestion de projet permettait toujours aux résidents de vendre des crypto-monnaies via deux bourses de crypto-monnaie sous licence, chaque commerçant devait suivre une procédure d’identification détaillée pour empêcher le blanchiment d’argent.

Comme de nombreux pays qui ont une vision négative des crypto-monnaies, l’Ouzbékistan s’intéresse à la technologie blockchain. Par exemple, le président Mirziyoyev a signé un décret visant à intégrer la blockchain dans les transactions du gouvernement ouzbek afin d’améliorer la transparence, de fournir des services publics de qualité et d’accroître la responsabilité, minimisant ainsi la corruption.