L’Alcorcón arrête l’incorporation de Zozulia en raison de l’opposition des peñas

25/07/2021 à 19:47 CEST

.

L’incorporation de l’attaquant ukrainien Zozulie romaine, libre après avoir joué les quatre dernières saisons à Albacete, a été arrêté par Alcorcón en raison de la opposition générée entre les clubs de poterie qui ne veulent pas d’un joueur avec une « idéologie fasciste ».

Il y a quelques jours, l’incorporation de Zozulia semblait être une question d’heures, mais en raison de l’agitation médiatique générée parmi les fans de poterie, Alcorcón, selon des sources du club, a décidé d’arrêter l’opération et, pour le moment, étudie bien la situation décider s’il intègre le joueur ou cherche d’autres alternatives pour renforcer son attaquant.

« La fédération est composée des peñas, ce n’est pas un organisme indépendant, nous pensons donc qu’il n’était pas si difficile de comprendre que lorsqu’il y a une variété d’opinions au sein d’un groupe sur la manière de procéder, la chose la plus saine est pour chacun à prononcer comme il l’entend, mais nous sommes tous d’accord sur quelque chose. C’est une merde de se produire, ça génère de la division, de la colère… Ce qui manquait« , a écrit la Fédération de Peñas del Alcorcón sur ses réseaux sociaux.

D’autres clubs comme la ‘Section Petaka’ étaient plus directs : « Le joueur Roman Zozulia n’est pas qu’un patriote, c’est un fasciste qui soutient le bataillon Azov, un groupe paramilitaire nazi ukrainien. Cet individu n’a pas sa place dans notre club ou dans notre ville. Son idéologie heurte de front nos valeurs. »

Peña La Previa a également montré son rejet de la signature de Zozulia : « Nous considérons que c’est une erreur pour Alcorcón de signer un joueur qui Il a publié des photos avec la numérologie nazie et soutenant les formations ultra et fascistes dans son pays, incompatible avec les valeurs de tolérance et de respect promues par le sport ».

Cette même situation produite dans les environs d’Alcorcón s’est déjà produite en janvier 2017, lorsque Zozulia est arrivée au Rayo en prêt du Betis. L’opposition manifestée par la grande majorité des clubs de supporters de l’équipe madrilène, qui ont critiqué l’idéologie du joueur en publiant quelques photos sur leurs réseaux sociaux, a poussé le footballeur, quelques jours après son arrivée, et sans entraînement ni jeu, à revenir à Séville. . , étant décrit par les fans de Rayista comme « fasciste ».

Share