L’ancien assistant de Marilyn Manson le poursuit pour harcèlement sexuel et agression sexuelle, affirmant que le chanteur se vantait de viol

Ashley Walters, ancienne assistante de Brian Warner, connue sous le nom de Marilyn Manson, a déposé mardi une plainte devant la Cour supérieure de Los Angeles contre le chanteur américain qu’il a accusé de discrimination sexuelle, de harcèlement sexuel, d’agression sexuelle, d’infliction intentionnelle d’angoisse émotionnelle et d’autres crimes. , rapporte le Los Angeles Times.

La femme a affirmé que la musicienne avait profité de sa «position de pouvoir, de célébrité et de relations pour l’exploiter et la victimiser» alors qu’elle était son employée entre 2010 et 2011.
En outre, il a déclaré que Manson avait fait des commentaires inappropriés – par exemple en disant qu’il «aimait que les filles aient l’air d’être violées» et en se vantant «qu’il s’était enfui de violer des femmes» – et en l’offrant à plusieurs reprises sexuellement à ses amis et collègues sans leur consentement.

Walters demande une compensation financière pour les dommages subis, ainsi qu’un procès devant jury pour les crimes présumés de l’artiste.
En outre, elle demande à la rockeuse de suivre une formation contre le harcèlement sexuel et les violences sexuelles, ainsi que de cesser d’utiliser ses dossiers personnels, données et photos d’elle.

De son côté, un membre de l’équipe de Manson a déclaré au journal qu’ils «nient avec véhémence» toutes les accusations d’agression.

Walters est la dernière femme à avoir dénoncé l’artiste, auparavant les actrices Evan Rachel Wood et Esmé Bianco ont accusé Manson d’abus sexuels, psychologiques et physiques.

Wood, star de la série ‘Westworld’, a déclaré en février dernier sur son compte Instagram que Manson “avait commencé à le séduire alors qu’il était adolescent” et l’avait abusée, “d’une manière horrible, pendant des années”.

Entre autres détails, l’actrice a déclaré qu’elle avait subi un «lavage de cerveau» et avait été «manipulée» pour être soumise, mais qu’elle ne voulait plus se taire. «Ne plus vivre dans la peur des représailles, des calomnies ou du chantage. Je suis ici pour démasquer cet homme dangereux et dénoncer les nombreuses industries qui l’ont permis, avant qu’il ne ruine plus de vies », a-t-il ajouté.

Pendant ce temps, la star de «Game of Thrones», Esmé Bianco, a révélé les abus physiques, psychologiques et sexuels subis par l’artiste au cours des deux mois où ils ont vécu ensemble à Hollywood, Los Angeles. «Je me sentais fondamentalement comme un prisonnier. Il allait et venait à sa guise. Il contrôlait complètement à qui il parlait. J’ai appelé ma famille en me cachant dans le placard », a décrit les Britanniques.